RÉSEAU AUTOMNE 2002 / Magazine de l'Université du Québec
Reproduction autorisée avec la mention de l'auteur et de la source.

Innovations

Par Michel Bélair

Michel PichetteQui « signe » les nouvelles ?

Des outils pour développer le sens critique des étudiants face aux médias

Michel Pichette dirige le Centre de ressources en éducation aux médias de l'UQAM.

Tout a commencé avec MacLuhan, Marshall de son prénom. Et une phrase : The Medium is the Message. Depuis, des Himalayas de papier et des cimetières entiers d'écrans cathodiques ont recueilli les océans d'encre versée un peu partout à travers le monde sur le sujet des médias.

Les médias ont aussi vécu l'équivalent d'une sorte de mutation génétique à l'échelle planétaire en tissant des réseaux qui prennent facilement l'allure d'une vibrante toile d'araignée enserrant la Terre tout entière. Les médias sont partout. Ils définissent maintenant ce qu'est le monde. Influencent tout, ne serait-ce qu'en diffusant tous les messages possibles. Pour le meilleur et pour le pire, le all the news fit to print des fondateurs du grand journalisme américain a vu son sens s'élargir (ou se dissoudre) considérablement...

Michel Pichette observe tout cela depuis longtemps. Il dirige le CREM (Centre de ressources en éducation aux médias), un organisme autonome associé à la Faculté de l'éducation de l'UQAM. Et il connaît les médias comme s'il les avait tricotés ; Pichette observe le secteur depuis des décennies, comme un vieux phare...

Son CREM regarde large ; il scrute le web, la presse écrite, la télé, la radio et le cinéma. Il est associé au Conseil de presse et à la FPJQ et a tissé jusqu'ici des partenariats avec Radio-Canada, Télé-Québec et le groupe Gesca. Michel Pichette explique le rôle du CREM en insistant sur sa portée critique et pratique.

Apprendre à lire entre les lignes

On ne saisira toutefois la véritable portée du CREM qu'en visitant son site web. On y verra rapidement que l'organisme s'adresse tout autant au grand public qu'aux étudiants et aux enseignants. Le but est toujours le même : développer le sens critique et apprendre à lire entre les lignes.

Pour arriver à ses fins, l'équipe du CREM a préparé des dossiers arrimés à des questions que tout le monde se pose - ou devrait se poser ! - sur les médias. « Comment présente-t-on les nouvelles ?, par exemple. Et dans quel ordre ? » Parce que les médias arrivent à dire n'importe quoi, il est facile de le constater. Sous prétexte d'amuser, de divertir ou simplement de plaire à leurs lecteurs-spectateurs-auditeurs, ils en viennent souvent à escamoter la portée des événements ou à monter en épingle ce qui n'a aucun intérêt réel pour les communautés.

La façon de présenter les choses peut aussi changer tout le message .

Prenons un exemple simple pour illustrer l'efficacité des techniques de narration. Nous sommes à la télé. On voit une forêt - ou une ville même ! - et la caméra se rapproche sur un personnage. Disons qu'il s'agit d'un petit animal, un rongeur quelconque dont on décrit le milieu, l'alimentation et les habitudes de vie. Les images sont convenues, la narration colle mal à la bande sonore et l'on a bientôt l'impression de somnoler : c'est le temps de changer de canal ou d'aller se faire couler un bain...

Par contre, si la caméra est imaginative (plongeon dans les montagnes russes du tube digestif pour décrire le parcours de la nourriture), si le récit est intriguant (comment une si petite chose arrive-t-elle à survivre dans la jungle... ou un égout new-yorkais) et si le montage est incisif, c'est tout le contraire qui se passe : on accroche et on veut savoir !

La recette ne vaut pas seulement pour les documentaires à caractère animalier. On peut traiter de sujets majeurs et faire en sorte qu'ils passent complètement inaperçus aux yeux des téléspectateurs.

Dans le matériel pédagogique offert on trouvera aussi 150 questions, pour développer son sens critique par rapport aux médias, et des documents Pdf à télécharger sur des questions comme les sources d'information, la «signature de l'information dans les médias», les médias communautaires ou les entreprises médiatiques. Tout cela est accessible à partir d'un menu qu'on trouvera à la gauche de son écran et qui mène à chacun des secteurs du site. Efficace, propre, sans « tataouinage ».

Ceux et celles qui prétextaient ne pas disposer d'outils pour aiguiser leur sens critique n'ont plus d'excuses...


Reteour numéroRetour rubrique