2005-10-31 | UQAR

UQAR: Une nouvelle Chaire de recherche du Canada en histoire littéraire

12 octobre 2005 - Depuis juin dernier, le Département de lettres de l'UQAR s'est enrichi d'une importante Chaire de recherche en histoire littéraire qui sera inaugurée cet automne. Claude La Charité, qui occupait jusqu'alors le poste de directeur de ce Département, en est le titulaire.

Les recherches viseront à dégager un modèle de définition de la littérature à partir du cas exemplaire de la Renaissance, grâce à l'exploration de son histoire selon plusieurs axes. De plus, l'engagement des étudiants dans les recherches et l'organisation de colloques et autres activités sont des priorités de la Chaire.

Mission

Le Département de lettres a obtenu la dernière Chaire de recherche du Canada attribuée à l'UQAR. L'histoire littéraire s'inscrit dans une démarche globale pouvant combiner le meilleur de toutes les approches théoriques et critiques, diversité qui est la force du Département à l'échelle nationale.

Le programme de la Chaire developpera ainsi trois axes de recherche touchant aux spécialités des membres de l'équipe professorale. L'axe de l'épistolarité vise définir les frontières de la littérature grâce au genre de la lettre et à interroger les frontières du littéraire. Le second axe, celui de la rhétorique et de la poétique des genres, s'attarde à l'art de la persuasion par la parole qu'est la rhétorique et interroge les textes selon les dimensions argumentative et esthétique. Enfin, l'axe de la fiction concerne la fable et le mythe en tant qu'outils de savoir.

Quelques objectifs

Avec la création de cette Chaire, le Département de lettres place au cœur de ses priorités les étudiants associés à titre d'auxiliaires de recherche ou de boursiers. Ces étudiants seront appelés à suivre une formation en lien avec le domaine, à se joindre aux recherches et à participer à l'organisation des événements.

La création de la Chaire du Canada en histoire littéraire permettra d'attirer plusieurs conférenciers prestigieux lors de colloques et autres conférences. Le premier d'une série de colloques internationaux aura lieu en septembre 2007 à l'UQAR et réunira des chercheurs de partout sur le thème «femmes, rhétorique et éloquence sous l'Ancien Régime».

Collaborateurs principaux

La Chaire pourra s'appuyer sur les deux autres constituantes offrant, conjointement avec l'UQAR, la maîtrise en études littéraires et le doctorat en lettres, à savoir l'UQAC et l'UQTR. Il y aura également l'implantation d'un pôle du Centre interuniversitaire d'étude de la République des Lettres (CIÉRL) à l'UQAR, ce centre étant le plus grand regroupement multidisciplinaire de chercheurs en Ancien Régime au Canada. Le GARSE-XVI, Groupe d'analyse et de recherche sur les écrits des femmes du XVIe siècle situé à Montréal, sera également au cœur de cette Chaire.

À l'extérieur du pays, la Chaire bénéficiera de la collaboration de l'Atelier XVIe siècle de l'Université de Paris-IV-Sorbonne, ainsi que de deux sociétés savantes internationales, la Société internationale pour l'étude des femmes d'Ancien Régime (SIÉFAR) et l'International Society for the History of Rhetoric (ISHR).

Laboratoire Taché

En plus de la Chaire de recherche du Canada en histoire littéraire, l'UQAR créera le laboratoire de recherche Taché, en hommage à Joseph Charles Taché (1820-1894). Ce Rimouskois fut tour à tour écrivain, journaliste, médecin, maire et député de Rimouski, sous-ministre de la jeune Confédération canadienne, ainsi que fondateur de la première société littéraire de notre région.

Ce laboratoire occupera un espace de 150m2 sur le campus de l'UQAR à Rimouski et abritera la collection patrimoniale du Grand Séminaire de Rimouski comptant plusieurs milliers de documents, certains uniques au monde. Un équipement informatique de pointe ainsi qu'une importante base de données permettront la consultation de ces livres anciens. Ce laboratoire rendra possible la recherche sur l'Ancien Régime à l'extérieur des grands centres urbains.

Titulaire

Claude La Charité est engagé dans la recherche, au pays et à l'étranger, au sein de l'Atelier XVIe siècle de l'Université de Paris-IV-Sorbonne, du conseil d'administration de l'International Society for the History of Rhetoric et du comité de rédaction de la revue Rhetorica.

L'importance du patrimoine et de la mémoire est sans doute à mettre en lien avec l'émergence de la conscience écologique. Comme l'affirme Claude La Charité, «l'histoire littéraire participe d'une véritable «écologie culturelle» dans la mesure où il ne s'agit plus de faire table rase du passé, pour recommencer sans cesse à neuf. Tout comme pour les ressources non renouvelables, l'heure est au recyclage et à la récupération du patrimoine culturel qu'il s'agit de s'approprier.»

2005-10-31

Marie-Ève Campbell, UQAR.