2012-01-11 | UQAM

CIRST : 25 ans de contributions originales

Céline Saint-Pierre ne pouvait pas être à l'UQAM quand la direction de l'Université lui a attribué le statut de professeur émérite en septembre 2011. Mais le 8 décembre dernier, elle était là, particulièrement émue, pour recevoir officiellement cet honneur dans le cadre du 25e anniversaire du Centre de recherche interuniversitaire en sciences et technologies (CIRST), qu'elle a contribué à mettre sur pied avec une poignée d'autres chercheurs.

Basé à l'UQAM, le CIRST est né de la fusion du Centre de recherche en évaluation sociale des technologies (CREST) et du Centre de recherche en développement industriel et technologique (CREDIT), tous deux créés en 1986. Aujourd'hui, il représente le principal regroupement interdisciplinaire de chercheurs au Canada dont les travaux sont consacrés à l'étude des dimensions historiques, sociales, politiques, philosophiques et économiques de l'activité scientifique et technologique.

«Nous rassemblons une quarantaine de chercheurs provenant d'une dizaine d'institutions et d'autant de disciplines ? histoire, sociologie, science politique, philosophie, sciences économiques, gestion, communications ? précise Pierre Doray, directeur du CIRST et professeur au Département de sociologie. Notre mission consiste à développer la recherche sur le rôle et les transformations de la science et de la technologie dans les sociétés contemporaines et à assurer la formation de jeunes chercheurs.»

Des travaux d'importance stratégique

Selon Pierre Doray, l'étude du développement des sciences, des technologies et des innovations revêt une importance stratégique sur les plans social et politique, en raison de leurs répercussions dans la vie quotidienne des individus. Plusieurs décisions politiques sont aussi fondées sur des résultats scientifiques, sans compter que des controverses autour de questions technologiques et scientifiques -- réchauffement climatique, gaz de schiste -- surgissent fréquemment dans l'espace public.

Lire l'article complet

Source :
Claude Gauvreau
L'UQÀM, Le journal de l'Université du Québec à Montréal
9 janvier 2011, p. 6.