Krista Heinonen, professeure au Centre INRS-Institut Armand-Frappier, veut comprendre les mécanismes normaux et anormaux de multiplication des cellules souches de la moelle osseuse. " /> Plus de greffes de moelle osseuse, moins de leucémies mortelles
 

2012-02-27 | INRS

Plus de greffes de moelle osseuse, moins de leucémies mortelles

Photo © Christian Fleury

Tout près 50 000 cas de leucémie sont diagnostiqués annuellement en Amérique du Nord, et au cours de la même période, on dénombre environ 4 000 Nord-Américains qui, faute d'un donneur compatible, attendent en vain une transplantation de la moelle osseuse. Krista Heinonen, professeure au Centre INRS-Institut Armand-Frappier, veut comprendre les mécanismes normaux et anormaux de multiplication des cellules souches de la moelle osseuse.

Une fois cette étape franchie, elle mettra tout en oeuvre pour reproduire ces cellules in vitro. Si cette récipiendaire d'une bourse de la Fondation Cole parvient à ses fins, ses recherches pourrait bien faire augmenter la fréquence et le taux de réussite des greffes de moelle osseuse, voire carrément contribuer au développement de nouveaux médicaments contre la leucémie.

«C'est la multiplication incontrôlée des cellules souches au sein de la moelle osseuse -- des cellules aussi appelées hématopoïétiques --, qui peut provoquer une leucémie», explique d'entrée de jeu Krista Heinonen. En temps normal, les cellules souches hématopoïétiques donnent naissance aux cellules du sang : globules rouges, globules blancs et plaquettes. «Une cellule souche hématopoïétique se divise en deux cellules : une qui deviendra une cellule sanguine, et une autre cellule souche identique à la cellule mère. Il y a donc production de globules et de plaquettes ainsi que renouvellement des cellules souches hématopoïétiques en même temps», explique Krista Heinonen. Cette masse hétéroclite de cellules souches, de cellules sanguines en cours de production et de cellules supervisant le processus constitue la moelle osseuse. Elle loge à l'intérieur des os plats, comme le pelvis, et des extrémités des os longs, comme le fémur.

Lire l'article complet

Sourcde :
Bruno Lamolet
PLANÈTE INRS
Le magazine en ligne de l'INRS