2012-03-06 | UQAR

L'oeil de cristal du Nunavik livre une partie de ses secrets

Photo : Robert Fréchette

L'étudiant au doctorat en océanographie Hervé Guyard et le professeur Guillaume St-Onge de l'UQAR-ISMER ont récemment publié, dans la revue internationale Quaternary Science Reviews, les résultats d'une étude qui démontre qu'un lac sous-glaciaire a pu exister dans le cratère des Pingualuit, aussi appelé «L'oeil de cristal du Nunavik» en raison de sa forme et de la clarté de ses eaux.

Le cratère des Pingualuit a intrigué les scientifiques au cours des 50 dernières années. Formé il y a 1,4 million d'années par la chute d'une météorite, il est le joyau du premier parc national québécois dans le grand nord, le Parc national des Pingualuit. «Les eaux de ce lac sont parmi les plus claires au monde et revêtent une importance particulière pour les Inuits de cette région du Québec», observe M. St-Onge.

Quelques expéditions ont permis de confirmer la nature météoritique et l'âge de «L'oeil de cristal du Nunavik». Ce n'est toutefois qu'en 1988 que des chercheurs se sont attardés aux sédiments contenus dans ce lac. «Forcée de quitter à la suite d'une importante tempête, l'expédition de 1988 avait néanmoins permis d'accumuler assez de données pour formuler une hypothèse très intéressante qui laissait présager que les sédiments du fond du lac avaient été épargnés de l'érosion glaciaire lors de la dernière glaciation», poursuit le titulaire de la Chaire de recherche du Canada en géologie marine.

Lire l'article complet

Source :
Jean-François Bouchard
UQAR-Info