2012-03-12 | UQTR

Améliorer la sécurité des systèmes énergétiques utilisant l'hydrogène grâce à la microtechnologie sans fil

Source d'énergie propre, l'hydrogène suscite de plus en plus d'intérêt comme solution de rechange aux carburants polluants. L'utilisation courante de ce gaz requiert toutefois la présence de dispositifs de sécurité et de détection.

Parmi ceux-ci, les capteurs de gaz permettent de signaler une fuite d'hydrogène dans l'environnement ou d'indiquer la quantité résiduelle de gaz dans un réservoir. Cependant, les capteurs d'hydrogène actuellement commercialisés coûtent cher et s'usent rapidement. Pour s'attaquer à ce problème, le professeur Frédéric Domingue, du Département de génie électrique et génie informatique de l'UQTR, explore les possibilités offertes par la microtechnologie pour la fabrication de capteurs d'hydrogène plus économiques, performants et fiables.

«Dans un système énergétique utilisant l'hydrogène, des dispositifs de sécurité vérifient régulièrement la présence ou l'absence de gaz à différents emplacements. Nous souhaitons utiliser la technologie sans fil afin de permettre d'interroger des capteurs à distance pour un nombre élevé d'emplacements. Grâce à la microtechnologie, nous voulons développer des capteurs robustes de très petite dimension, dont la réaction variera rapidement en présence du gaz. Ces microsystèmes sans fil seront plus facilement intégrables dans un système de détection. Jusqu'à présent, très peu de travaux furent consacrés au potentiel de ces dispositifs pour l'amélioration des capteurs d'hydrogène, d'où l'intérêt de notre projet de recherche», mentionne le professeur Domingue.

Sur la photo : M. Frédéric Domingue, professeur au Département de génie électrique et génie informatique de l'UQTR.

Lire l'article complet

Source :
Campus Express, 8 mars 2012