2012-03-26 | UQAM

Dès l'automne prochain, l'UQAM offrira aux passionnés de l'Égypte un cours sur les hiéroglyphes

Photo : Jean Revez

Dans son petit bureau du Département d'histoire, le professeur Jean Revez, spécialiste en égyptologie, ouvre un des volumes anciens qui trônent dans sa bibliothèque. On peut y voir des dizaines de hiéroglyphes formant un ensemble complexe de mots impossibles à déchiffrer pour le néophyte. «Voici le signe qui signifie le mot homme, dit-il en désignant un pictogramme.»

Utilisé dans un contexte différent, ce même signe peut représenter un son ou encore donner un sens au mot qu'il détermine. «Si on veut écrire un mot comme cordonnier, qui renvoie à une catégorie de métiers d'homme, on va écrire le signe de l'homme à la fin du mot», explique le professeur.

Cela donne une idée de ce que pourront apprendre les étudiants qui s'inscriront aux deux cours d'initiation à l'égyptien hiéroglyphique, qui seront offerts pour la première fois à l'UQAM dès septembre prochain. «Il s'agira de cours de langue au même titre qu'un cours d'allemand. Si on veut comprendre le monde de l'Égypte pharaonique de l'intérieur et en saisir toutes les subtilités, il faut être capable de lire les textes dans la langue originale. C'est un excellent moyen de se mettre dans la peau d'un Égyptien de l'époque et de voir la réalité telle qu'ils l'écrivaient», dit le professeur.

Lire l'article complet

Source :
Valérie Martin
Journal L'UQAM, 19 mars 2012