2012-04-20 | UQ

Des génératrices dans le vent

Dans le Grand Nord, le ronron des génératrices au diesel fait partie du paysage sonore. Ce sont elles qui alimentent les stations de recherche isolées, les petits villages, les tours de télécommunication et les campements d'ouvriers. Mais cette énergie coûte cher. Alors qu'au sud, un kilowattheure d'électricité coûte environ 0,07$, il peut grimper jusqu'à 2$ dans les lieux nordiques difficiles d'accès.

«Le diesel n'est pas facile à transporter là-bas», explique Adrian Ilinca, ingénieur et directeur du Laboratoire de recherche en énergie éolienne de l'UQAR. D'où la volonté des chercheurs d'améliorer le rendement de ces génératrices en les couplant avec des éoliennes. «Les petites éoliennes seules ne sont pas très fiables dans les conditions climatiques du Grand Nord. Les vents forts peuvent parfois briser les pales et la glace peut aussi les paralyser. Cela dit, elles pourraient être utilisées en support aux génératrices pour augmenter leur rendement et diminuer ainsi la consommation de carburant.»

Lire la suite

Source :
Joël Leblanc, « Changement de cap »
La recherche dans le réseau de l'Université du Québec, vol 2, no 1, 2012, pp. VIII-IX.