2012-05-17 | INRS

Transformer le monde, quelques nanomètres à la fois

Est-ce qu'un chercheur peut espérer, dans une même carrière, inventer des lunettes qui ne s'embuent jamais, développer des pales d'éoliennes antigivre, créer un laser à base de silicium qui révolutionnerait l'informatique, et fabriquer des panneaux solaires 2 à 3 fois plus performants que ceux qui existent aujourd'hui? Guy Ross, professeur au Centre Énergie Matériaux Télécommunications de l'INRS, n'a pas peut-être pas accompli tous ces exploits -- il serait riche, ou déjà nobélisé! --, mais il a apporté des contributions significatives à tous ces défis techniques et scientifiques.

Son secret? L'implantation ionique. L'expression ne fait peut-être pas partie du langage courant, mais elle cache une idée simple : de la même façon qu'on peut ajouter de la peinture antirouille à du fer pour empêcher l'humidité et l'air de le corroder, on peut modifier les propriétés de nombreux matériaux en leur ajoutant des revêtements spéciaux.

Oubliez toutefois les pots de peinture. Le professeur Guy Ross travaille à l'échelle nanométrique : il bombarde la matière avec des ions, c'est-à-dire des atomes qui ont une charge électrique positive ou négative, pour en modifier la surface sur quelques milliardièmes de mètres d'épaisseur seulement.

Lire l'article complet

Source :
François-Nicolas Pelletier
PLANÈTE INRS.ca
Le magazine en ligne de l'INRS