2012-05-18 | UQAM

Un congrès sur l'évolution de la Terre

Photo : Nathalie St-Pierre

Le plus important événement mondial en matière de géochimie, le Congrès Goldschmidt, se déroulera pour la première fois à Montréal, du 24 au 29 juin prochains. «Nous attendons près de 3 000 participants, ce qui en fera la plus grande édition jamais tenue en Amérique du Nord», note fièrement Ross Stevenson. Le professeur du Département des sciences de la Terre et de l'atmosphère est le président du comité organisateur de l'événement, dont les hôtes sont l'UQAM et le Geotop, en collaboration avec la Geochemical Society et l'European Association of Geochemistry.

Ce congrès réputé, nommé ainsi en l'honneur de Victor Goldschmidt, l'un des «fondateurs» de la géochimie, se tient en alternance sur les continents européen et américain. «Nous recevrons des océanographes, des géologues, des biologistes, des archéologues, des ingénieurs en génie civil, des spécialistes en sciences de l'environnement et plusieurs autres chercheurs intéressés par la géochimie», précise Ross Stevenson.

La thématique de cette 22e édition est la Terre en évolution (Earth in Evolution). Il y aura deux séances plénières, «Isotope fingerprints for the formation and the composition of the Earth», animée par Bernard Bourdon, président du Laboratoire de géologie de Lyon, et «Tight coupling of life and metals throughout evolution», par Rosalyn Rickaby, du Département des sciences de la Terre de l'Université d'Oxford. «Nous proposerons également aux participants deux forums, l'un sur les gaz de schiste et l'autre sur les réserves de ressources naturelles de la planète, poursuit le chercheur. Ce sera l'occasion de débattre de nos visions respectives sur ces enjeux d'actualité.»

Lire l'article complet

Source :
Pierre-Etienne Caza
Journal L'UQAM, vol. XXXVIII, no 17 (14 mai 2012)