2012-09-28 | UQTR

Améliorer les traitements de la douleur chronique grâce à l'étude du système nerveux

La douleur chronique est définie comme une douleur persistant au-delà du délai normal de guérison. Elle affecte une proportion importante de la population et constitue un enjeu majeur pour le système de santé.

Contrairement à la douleur aiguë, la douleur chronique demeure difficile à soigner puisque les traitements actuels se révèlent souvent inefficaces ou n'apportent qu'un soulagement partiel. Pour améliorer les stratégies d'intervention auprès des personnes atteintes de douleur chronique, le neurophysiologiste Mathieu Piché, professeur au Département de chiropratique de l'UQTR, s'intéresse aux mécanismes du système nerveux impliqués dans la modulation de la douleur.

«Ces mécanismes font intervenir différents processus physiologiques opérant dans la moelle épinière et le cerveau, en agissant comme un filtre, explique le chercheur. Ces processus permettent ainsi un ajustement de la transmission de l'information associée à un stimulus douloureux et, par conséquent, de la perception de la douleur. Leur dysfonction peut donc mener à une perception mal adaptée de la douleur et à la douleur chronique. Cependant, les mécanismes de cette dysfonction sont encore mal définis. C'est pourquoi nous menons des projets de recherche qui nous permettront de mieux comprendre les mécanismes de modulation de la douleur et de développer de meilleurs traitements pour les personnes atteintes de douleur chronique. Plus particulièrement, nous nous intéressons aux maux de dos et de tête chroniques, ainsi qu'au syndrome de l'intestin irritable.»

Sur la photo : Mathieu Piché, professeur au Département de chiropratique et titulaire de la Chaire de recherche UQTR en neurophysiologie de la douleur.

Source :
Françoise Descoteaux
Campus Expresse, 25 septembre 2012