2012-10-12 | UQAT

Qualité de vie et implantation d'une mine à ciel ouvert au coeur d'une ville : mythe ou réalité?

La Chaire Desjardins en développement des petites collectivités de l'UQAT dévoile les résultats de son étude sur les changements en cours à Malartic à la suite du développement du projet minier à ciel ouvert Canadian Malartic. Globalement, l'enquête a révélé que 84 % des répondants se disent satisfaits de leur qualité de vie, même si leurs perceptions varient de façon significative selon leur quartier d'appartenance.

Intitulée «Transformations et bouleversements d'un territoire : le cas de la municipalité de Malartic», l'enquête a été menée à l'automne 2011 par une équipe de recherche multidisciplinaire composée de MM. Patrice LeBlanc, Hugo Asselin, Bruno Bussière, Augustin Ependa, André Gagnon, Mmes Isabelle Demers et Louise Pelletier. Les perceptions sur quatre grands thèmes ont été mesurées à la suite de la construction de la mine Canadian Malartic, soit la qualité de vie, l'état de l'environnement biophysique, de l'environnement social et de l'environnement économique.

Des résultats révélateurs

De façon générale, l'enquête révèle que 61 % de l'ensemble des répondants considèrent le projet minier d'une manière positive. «En regard des bouleversements majeurs que Malartic et ses citoyens ont connus, les résultats sont tout de même encourageants pour l'avenir, même s'il y aura des actions à poser afin de répondre aux préoccupations de la population», a souligné le responsable de l'étude, le professeur Patrice LeBlanc.

Lire l'article complet

Source :
Stéphanie Duchesne, responsable
Service des communications et du recrutement
Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue
Tél. : 819 762-0971, poste 2222