2012-12-05 | UQAR

L'étonnant compromis physiologique du bécasseau maubèche

François Vézina

Le bécasseau maubèche est un oiseau surprenant. Afin de parcourir les milliers de kilomètres qui séparent son aire d'hivernage européen et son aire de reproduction arctique, cet oiseau migrateur réduit considérablement la taille de ses organes internes. Comme il doit les reconstruire dans les jours suivant son arrivée, il est confronté à un compromis physiologique étonnant entre ses muscles, son système digestif et ses organes reproducteurs.

Professeur de biologie à l'UQAR, François Vézina s'intéresse au bécasseau maubèche depuis de nombreuses années. Il a d'ailleurs consacré un postdoctorat sur l'acclimatation au froid de cette espèce qui passe l'hiver sur les battures de la mer des Wadden, au Pays-Bas. «Quand il fait froid, ces oiseaux gagnent de la masse corporelle et avec cela vient une augmentation de la taille de leurs muscles, particulièrement les muscles pectoraux utilisés en vol», mentionne-t-il. «Comme les humains, les oiseaux frissonnent pour produire de la chaleur lorsqu'il fait froid. Leur acclimatation est donc de devenir plus lourds, ce qui entraîne une augmentation des muscles et une meilleure capacité de frissonnement et de production de chaleur.»

Lire l'article complet

Source :
Jean-François Bouchard
UQAR-Info, 5 décembre 2012