2012-12-12 | INRS

De la roche pulvérisée pour capter les émissions de CO2 de grandes usines

Guy Mercier

Des chercheurs de Québec mettent actuellement au point un procédé qui permettra aux usines d'acier, de charbon et de ciment, de même qu'aux installations pétrolières et gazières, d'éliminer la majorité du dioxyde de carbone (CO2) de leurs émissions au moyen de réactions chimiques provoquées par différents types de roche pulvérisée dans les cheminées.

Le projet adapte et améliore le processus de réaction du CO2 au contact de différents minéraux pour former des carbonates, un sous-produit inoffensif mais extrêmement utile qui pourra ensuite être vendu à d'autres entreprises.

Le chercheur principal du projet, le professeur Guy Mercier, de l'Institut national de la recherche scientifique (INRS) à Québec, affirme que son équipe élabore un procédé intéressant sur le plan économique et facilement intégrable aux installations québécoises existantes. Ce procédé utilise de grandes quantités de roches simples ou de béton recyclé ou encore de résidus miniers. Gestion du carbone Canada (CMC), un réseau fédéral de centres d'excellence qui soutient la recherche visant à réduire les émissions de CO2 dans l'industrie de l'énergie fossile et autres grandes sources d'émission fixes, a accordé 300 000 $ sur deux ans à l'équipe du professeur Mercier.

Lire l'article complet

Source :
Direction des communications, INRS