2013-06-19 | INRS

L'INRS reçoit plus de deux millions de la FCI et du MESRST

Six professeurs de l'INRS se partagent plus d'un million de dollars octroyés par la Fondation canadienne pour l'innovation (FCI) - Fonds des leaders. Une somme équivalente leur a également été accordée par le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie (MESRST). Ils bénéficient ainsi d'un important soutien financier pour l'acquisition de nouveaux équipements scientifiques essentiels à l'avancement des connaissances dans le domaine de l'environnement et de la santé. En donnant aux étudiants accès à des technologies de pointe, ces infrastructures contribueront à la formation de personnel hautement qualifié en microbiologie, génomique, immunologie, biogéochimie et télédétection hyperspectrale.

Un outil d'investigation et de développement de pointe : aéronef sans pilote pour le suivi de l'environnement
L'équipe du professeur Karem Chokmani du Centre Eau Terre Environnement de l'INRS est parmi les rares équipes au Canada à posséder un système aéroporté léger de télédétection hypersectrale pour des applications environnementales. Souple d'utilisation au décollage, à l'atterrissage ou en vol stationnaire, cet aéronef permet la cueillette de nouvelles données inaccessibles autrement sur la qualité des eaux de surface, les couverts de glace et de neige ainsi que pour l'agriculture de précision. En plus de contribuer à une meilleure planification et gestion des ressources naturelles, les expériences réalisées par le professeur Chokmani visent à préparer le terrain pour l'entrée en service de la nouvelle génération de satellites hyperspectraux lancés dans les prochaines années.

Une nouvelle approche pour réduire les gaz à effet de serre
Avec sa nouvelle infrastructure microbiologique et analytique unique au Canada, le professeur Philippe Constant du Centre INRS?Institut Armand-Frappier est un des rares spécialistes à se pencher sur la biogéochimie des gaz traces dans le sol. Son but est d'identifier les interactions de deux gaz atmosphériques, l'hydrogène moléculaire (H2) et le monoxyde de carbone (CO), avec les microorganismes impliqués dans le cycle du carbone et la production de gaz à effet de serre. Menant à l'élaboration de modèles biogéochimiques de nouvelle génération, ces travaux permettront de mieux comprendre la structure biogéochimique des sols et conduiront à l'adoption de pratiques de gestion durable des terres et des ressources naturelles.

lire l'article complet

Toutes les actualités de l'INRS >>>

Source :
Service des communications, INRS