2013-07-15 | UQAM

Sécurité ferroviaire : les municipalités ont-elles un pouvoir?

Photo: Paul Chiasson, PC

La tragédie survenue à Lac-Mégantic, il y a moins d'une semaine, soulève de nombreuses questions de sécurité. Des questions d'autant plus cruciales que des dizaines de milliers de tonnes de substances dangereuses (inflammables, toxiques, corrosives) sont transportées par voie ferrée à travers les villes canadiennes, sans que les municipalités aient une idée précise du contenu des wagons. Au Québec, plus de la moitié des municipalités, 680 sur 1100, sont traversées par des convois ferroviaires.

Quelles mesures de prévention et de sécurité peuvent être envisagées à court et moyen terme? Quel rôle les différents paliers de gouvernement peuvent-ils jouer?

«Le gouvernement fédéral, qui possède le pouvoir de juridiction en matière de transport, a exprimé la volonté de remettre en question certaines règles et pratiques, notamment l'autorisation des trains avec un seul conducteur ou l'absence de surveillance de trains chargés de matières dangereuses, note Danielle Pilette, urbaniste et professeure associée au Département d'études urbaines et touristiques. Quant au gouvernement du Québec, il a déjà conclu des ententes avec Transports Canada concernant le transport maritime ou l'entretien des passages à niveau pour les trains. D'autres ententes fédérales-provinciales pourraient être établies relativement au transport de matières dangereuses par la voie ferroviaire et concernant l'information à transmette aux municipalités sur le contenu des cargaisons.»

Lire l'article complet

Source :
Paul Gauvreau
Direction des communications, UQAM