2013-07-22 | INRS

Programmes d'aide au logement : les personnes avant le bâti

Photo © Christian Fleury

Plusieurs voix s'élèvent pour revendiquer que les nouveaux quartiers favorisent la mixité en prévoyant des espaces et du financement pour du logement social. Mais quelle forme de logement social faut-il encourager? Des immeubles d'habitations à loyer modique (HLM) ou des allocations de supplément au loyer permettant de louer un appartement privé tout en payant des mensualités semblables à celles d'un HLM? Une recherche réalisée par Xavier Leloup, professeur en sociologie de l'habitat et du logement au Centre Urbanisation Culture Société de l'INRS, apporte des éléments nouveaux à ce débat. Verdict : les allocations de supplément au loyer améliorent davantage, sous certaines conditions, le bien-être et la santé des personnes que les logements de type HLM.

L'aide à la pierre (construire de nouveaux HLM) versus l'aide aux personnes (aider financièrement les démunis à payer un loyer) : assez modéré dans la province de Québec, ce débat est beaucoup plus controversé ailleurs au pays ou chez nos voisins américains. À Toronto, par exemple, les autorités ont décidé il y a quelques années de raser complètement l'ensemble de logements sociaux Regent Park ? le plus grand et le plus ancien du Canada ? et de remplacer ses 2500 appartements à prix modique par 5000 unités résidentielles. Plus de la moitié de ces nouveaux logements prendront la forme de condos privés tandis que d'autres conserveront une vocation sociale. Objectif : favoriser la mixité sociale et éviter la concentration de la pauvreté. Il va sans dire qu'une transformation aussi radicale ne s'entame pas sans controverse; certains voient dans de tels projets immobiliers des opérations de gentrification déguisées en revitalisation.

Heureusement, le débat est moins tranché chez nous. «Au Québec, il n'a jamais été question de démolir ou de raser des ensembles de logements sociaux, nuance Xavier Leloup, et plusieurs immeubles HLM ont d'ailleurs été rénovés dans les dernières années grâce à un effort du gouvernement provincial et de l'Office municipal d'habitation. Comme chercheurs, nous étions curieux de vérifier si cette tendance ?d'aide aux personnes? plutôt que ?d'aide à la pierre? était bénéfique ou non. C'est ce qui nous a amenés à développer un projet de recherche* pour comparer le niveau de bien-être et de santé des personnes vivant dans des HLM à celles bénéficiant du Programme de supplément au loyer (PSL).»

Lire l'article complet

Source :
Marianne Boire
PLANÈTEINRS.ca, juin 2013