2013-08-05 | INRS

Albert Descoteaux de l'INRS publie dans la revue "Cell Host & Microbe" un article sur la stratégie de camouflage du parasite Leishmania

Les mécanismes par lesquels Leishmania leurre le système immunitaire se précisent grâce aux travaux de l'équipe de recherche d'Albert Descoteaux, professeur au Centre INRS?Institut Armand-Frappier, en collaboration avec l'équipe de Michel Desjardins de l'Université de Montréal. Publiés dans l'édition du 17 juillet 2013 de la respectée revue Cell Host & Microbe, leurs résultats identifient une des protéines clés à laquelle s'attaque le parasite. Cette avancée clarifie la façon dont Leishmania altère les fonctions des phagosomes, les compartiments des cellules immunitaires qui devraient les détruire, et pourrait mener à de nouvelles stratégies thérapeutiques.

Classée dans la catégorie des maladies tropicales négligées, la leishmaniose ? la maladie causée par le protozoaire Leishmania ? affecte 12 millions de personnes de par le monde, mais peu de traitements sont efficaces pour la soigner. Tout commence par la piqûre d'un insecte porteur, puis les formes cutanées ou viscérales se développent. La forme viscérale, qui s'attaque notamment au foie et à la rate, est souvent mortelle, alors que des lésions importantes et chroniques découlent de la forme cutanée. Le système immunitaire semble ne pas déceler la présence de cet intrus: son art du camouflage motive la traque que lui mènent les chercheurs.

Lire l'article complet

Source :
Stéphanie Thibault
INRS - Institut Armand-Frappier
26 juillet 2013