2013-09-20 | UQAT

Représentations sociales du VIH-Sida chez les étudiants de niveau universitaire d'une région éloignée du Québec - Résumé des résultats

Oscar Labra, Anaïs Lacasse

Les représentations sociales sont culturellement construites et partagées et se composent d'éléments divers qui ont longtemps été étudiés de façon isolée : attitudes, opinions, croyances, valeurs, idéologies, etc. Les recherches qui, depuis l'avènement du VIH-Sida, ont tenté de décrire les représentations sociales qui sont associée à cette maladie révèlent que les personnes vivant avec le VIH-Sida (PVVIH-Sida) sont victimes d'un regard défavorable, tant dans les milieux de la santé que dans la société. En vue d'étudier les représentations sociales du VIH-Sida chez les étudiants de l'UQAT, des groupes de discussion ont été menés au printemps 2013 (6 femmes et 5
hommes).

L'analyse des représentations sociales auprès de la population à l'étude révèle une ouverture des étudiants envers la PVVIH-Sida, qui est représentée comme étant une personne résiliente et combative. On mentionne que grâce aux traitements modernes, la PVVIH-Sida a la possibilité de passer à un nouvel état stable plutôt que d'être confrontée à la mort comme il y a 30 ans. Basé sur les propos de nos participants, nous pouvons souligner le caractère dynamique de la représentation sociale du VIH-Sida dans le temps : Maladie mortelle vs Maladie chronique; Maladie qui touchait des populations marginalisées vs Maladie qui peut toucher tout le monde.

Selon les propos des participants, certaines choses n'ont cependant pas changé. On affirme la présence d'une forte stigmatisation des PVVIH-Sida au sein de notre société. De plus, le VIH-sida est toujours représenté comme une maladie liée aux rapports sexuels, ce qui constitue le noyau de leur représentation.

En outre, nous pouvions noter chez les participants le refus catégorique à la criminalisation du VIH-Sida. On mentionne aussi que les PVVIH-Sida ont le droit de vivre leur vie, y compris leur vie sexuelle. La notion de responsabilité est cependant importante pour nos participants, et cette responsabilité doit être partagée à parts égales entre la PVVIH-Sida et son partenaire.

Lire l'article complet

Source :
Service des communications, UQAT