2013-09-24 | INRS

Prévenir et mieux traiter la maladie d'Alzheimer

Le directeur général de l'INRS, monsieur Daniel Coderre, et le directeur du Centre INRS-Institut Armand-Frappier, monsieur Charles M. Dozois, ont inauguré aujourd'hui la Chaire de recherche Louise et André Charron sur la maladie d'Alzheimer. Financée grâce à un don majeur de la famille Louise et André Charron à la Fondation universitaire Armand-Frappier de l'INRS, cette chaire axera son programme de recherche sur la prévention, la détection précoce et l'amélioration du traitement de cette maladie dont la prévalence augmente rapidement en Amérique du Nord comme partout dans le monde. Le professeur Charles Ramassamy du Centre INRS-Institut Armand-Frappier est titulaire de cette nouvelle chaire.

La maladie d'Alzheimer (MA) affecte plus de 35 millions de personnes dans le monde, dont plus de 450 000 seulement au Canada. Selon les données actuelles, si aucune action n'est posée pour la prévenir, la prévalence mondiale de la MA sera de 65 millions en 2030, puis de 115 millions en 2050. Au moment de l'apparition des symptômes de la maladie d'Alzheimer, 80 % des neurones impliqués dans les processus cognitifs sont dégénérés. Quand tombe le diagnostic, les dommages sont considérables et les traitements visent davantage à atténuer les symptômes qu'à enrayer la maladie.

« Face au nombre alarmant de familles touchées par la maladie d'Alzheimer, il est urgent de s'attaquer à la racine de ce mal. La recherche fondamentale représente, selon nous, la meilleure voie pour traquer cette maladie », souligne un membre de la famille donatrice, monsieur André B. Charron.

Sur la photo : De gauche à droite : Charles M. Dozois, directeur du Centre INRS-Institut Armand-Frappier; André B. Charron, membre de la famille donatrice; Charles Ramassamy, titulaire de la Chaire; Rémi Quirion, scientifique en chef du Québec; Daniel Coderre, directeur général de l'INRS.

Lire l'article complet

Source :
Service des communications, INRS