2013-10-07 | INRS

Marie-Pierre Ippersiel, réseauteuse pour l'avenir de la planète

Photo : Christian Fleury

Poignée de main franche. Sourire en bandoulière. Regard clair résolument porté sur l'avenir. Marie-Pierre Ippersiel rayonne de confiance. Celle distillée par les gens qui voient plus grand qu'eux. Au sein d'Écotech Québec, organisation rassemblant tous les acteurs des technologies propres de la province, les défis ne manquent pas. Pas de quoi effrayer sa vice-présidente, détentrice d'un doctorat en études urbaines du Centre Urbanisation Culture Société. Son secret? Un bon réseau.

À l'écouter, on la devine modeste. Son parcours professionnel serait une simple histoire de rencontres fortuites, selon elle. Il est clair, cependant, qu'une bonne dose de professionnalisme et d'excellence a fait le reste. Quand on aborde l'aspect concret de son travail, Marie-Pierre Ippersiel part à rire : « C'est la question à 100 piastres. Écotech Québec est une petite structure, seulement quatre personnes, on fait donc... tout! Depuis le début, en 2009, je m'occupe, entres autres, des relations avec les membres industriels et institutionnels, des relations avec les bailleurs de fonds ainsi que de la coordination de chantiers de travail et de la gestion de projets associée. »

Pour décrypter l'ADN d'Écotech Québec, pas besoin d'une technologie avancée. Le code-objectif est simple : réunir l'ensemble des acteurs québécois de la chaîne des technologies propres et les faire travailler main dans la main. Entreprises innovantes, centres de recherche, financiers, industriels et j'en passe, tous participent à ce projet sans pareil au Canada.

Au fait, les technologies propres, c'est quoi? Si les technologies vertes réduisent l'impact de nos activités sur l'environnement, les technologies propres, elles, apportent un « plus » aux entreprises utilisatrices une fois implantées. Il peut s'agir, par exemple, d'un filtre qui permet de récupérer un rejet qui est ensuite transformé en source d'énergie. « Notre valeur ajoutée, c'est vraiment de regrouper l'ensemble des acteurs québécois et d'assurer la promotion de l'innovation d'ici. Au coeur de notre modèle, on retrouve donc des développeurs québécois de ?cleantech? », explique Marie-Pierre Ippersiel. Et à ce jeu-là, Écotech Québec impressionne.

Lire l'article complet

Source :
Bruno Geoffroy
PLANÈTEINRS.ca