2013-10-30 | UQ

Renouveau pédagogique 2.0

Les troubles d'apprentissage ont pris une ampleur sans précédent au Québec. Mais les technologies informatiques pourraient être d'un grand soutien pour les surmonter. Démonstration.

La petite Sarah ne s'est pas gênée pour le dire : «Je suis dyslexique, mais on m'a fait un "profil" et les ordinateurs m'aident.» Comme ils aident Audrey ou Fred. Ces enfants du Collège de l'Horizon, une petite école de 470 élèves de première secondaire située à Trois-Rivières, ne cachent pas leurs difficultés d'apprentissage. «C'est déjà un immense pas de franchi, dit leur enseignante, Nancy Boivin. Et vous savez quoi? Ils vivent des réussites!»

Près de 15% des élèves inscrits dans ce collège présentent des troubles d'apprentissage : dyslexie, dysphasie, dysorthographie, etc. Mais l'école a mis à leur disposition les outils qui peuvent les aider. «Ce n'est pas seulement l'affaire d'une personne ou d'une enseignante; c'est toute l'école qui a dû relever le défi. Il fallait aussi pouvoir compter sur les parents», rappelle Dominique Côté, orthopédagogue formée à l'Université du Québec en Outaouais.

«L'école doit savoir s'adapter à ces enfants», affirme Nadia Rousseau, une des grandes spécialistes québécoises des troubles d'apprentissage. Professeure à l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), elle a entrepris, avec le Collège de l'Horizon, d'instaurer une démarche d'accompagnement sur mesure pour les élèves comme Sarah. «Un des moments clés de mes recherches a été de constater combien les élèves en difficulté ont du mal à exprimer leur problème, explique Nadia Rousseau. Ils disent : "Je suis pourri, stupide, niaiseux." Ils sont franchement tristes d'être à l'école. Il m'a semblé assez clair que ces élèves doivent retrouver la maîtrise de leur processus d'apprentissage. À partir du moment où on peut leur faire reconnaître leurs problèmes tout en leur redonnant confiance, ils les acceptent mieux. Toutefois, ce cheminement doit reposer sur un lien significatif avec l'enseignant.»

Lire la suite

Source :
Raymond Lemieux, «Renouveau pédagogique 2.0»
La recherche dans le réseau de l'Université du Québec,
vol 3, no 2, 2013, p. X-XI.