2013-11-01 | UQ

Enseigner au-delà du 52e parallèle

Le taux de décrochage scolaire chez les Inuits reste effarant. Le phénomène est commun à l'ensemble des Premières nations. Mais ça n'enlève pas l'importance de l'école dans le Grand Nord. Au contraire.

«Les jeunes Inuits sont beaucoup plus attachés à leur identité qu'on le pense. Ils comprennent que l'éducation est importante. Mais ils n'ont pas suffisamment de modèles. Ils se disent: "Qu'est-ce que l'école peut bien nous apprendre si, au bout du compte, on veut chasser ou travailler à la coopérative du village?"»

Chercheuse à l'École nationale d'administration publique (ENAP), Tatiana Garakani a cherché à identifier les facteurs en cause dans le problème d'abandon scolaire chez les Inuits. «Ce qui ressort, c'est que leur conception du succès est beaucoup plus large que la nôtre», dit-elle. Est-ce à dire que notre façon de mesurer la réussite scolaire serait à revoir?

Lire la suite

Source :
Raymond Lemieux, «Enseigner au-delà du 52 parallèle»
La recherche dans le réseau de l'Université du Québec, vol 3, no 2, 2013, p. XII.