2013-11-07 | UQAM

Un nouveau doctorat

À compter de l'automne 2014, l'École de travail social accueillera sa première cohorte de doctorants. L'UQAM vient en effet de se joindre à l'Université de Montréal et à l'Université McGill qui offrent, depuis 1996, un doctorat conjoint en travail social. Ce regroupement est unique au monde. Seule l'Université Laval offre un autre doctorat dans ce champ du savoir.

«Plutôt que de créer un programme distinct, nous avons jugé qu'il valait mieux s'associer à l'Université de Montréal et à l'Université McGill pour former un seul pôle d'attraction», explique la professeure de l'École de travail social Michèle Charpentier, à l'origine du projet avec ses collègues Henri Dorvil et Lucie Dumais. «Il était logique que ces trois institutions unissent leurs forces, puisque leurs chercheurs collaborent déjà entre eux dans le cadre de projets de recherche communs», observe Henri Dorvil.

En 1996, l'UQAM a créé un programme de maîtrise en intervention sociale, converti en une maîtrise en travail social, il y a 10 ans environ. Cette maîtrise est devenue particulièrement populaire, y compris auprès d'étudiants venant d'autres disciplines des sciences humaines et sociales. «Chaque année, nous recevons 175 à 200 demandes d'admission, mais nous ne pouvons en accepter qu'une cinquantaine, précise Lucie Dumais, responsable à l'UQAM du doctorat conjoint. Certains étudiants veulent se spécialiser en intervention sociale, tandis que d'autres sont davantage intéressés par la recherche. Le doctorat s'adresse justement à ces titulaires de maîtrise dans différentes disciplines ainsi qu'aux travailleurs sociaux et aux responsables de programmes et de politiques dans les ministères qui souhaitent approfondir leur formation.» Même les étudiants de l'Europe francophone sont susceptibles d'être intéressés. «Dans des pays comme la France et la Belgique, le travail social ne s'enseigne pas à l'université», note Henri Dorvil.

Lire l'article complet

Source :
Claude Gauvreau
ACTUALITÉSUQAM
4 novembre 2013