2013-11-14 | TELUQ

Une communication pour le professeur Hubert Wallot au colloque du RIPPH

Hubert Wallot, professeur à l'Unité d'enseignement et de recherche SHLC, a présenté une communication au colloque du Réseau International sur le Processus de production du handicap (RIPPH), événement qui s'est tenu les 1er et 2 novembre, à l'Université Laval, communication intitulée « Hygiène mentale et pratique de l'art chez les aînés : le cas des Pinceaux d'Or ».

Les objectifs de cette communication étaient de décrire une expérience d'apprentissage de la peinture chez des personnes âgées en soins prolongés et de montrer son utilité d'hygiène mentale pour les participants et leurs proches à partir d'une recherche scientifique qualitative.

Également, de faire un lien explicatif entre cette activité et les composantes de la philosophie du rétablissement (projet de vie, empowerment, inclusion sociale, citoyenneté) et de montrer en quoi le processus et le résultat participent de la démarche et de la production artistiques.

RÉSUMÉ

Plusieurs recherches, notamment Gene D Cohen (2007), ont démontré l'impact positif d'activités artistiques pour les personnes âgées.

À Québec, trois artistes peintres professionnels fondèrent en 2006 un organisme sans but lucratif, Les pinceaux d'or. Sa mission est de valoriser les ainés démunis financièrement et/ou psychologiquement à travers une expérience positive d'apprentissage de la peinture.

L'organisme intervient dans des CHSLD et dans des HLM et des centres de jours auprès de personnes référées par les CLSC ou les organismes communautaires. L'unique condition de participation : être une personne âgée capable de tenir un pinceau, expérience nouvelle pour la grande majorité.

La personne utilise souvent ses souvenirs pour personnaliser son sujet, occasion d'échange émotionnel positif avec les autres, sans compter le plaisir, partagé, de découvrir qu'on peut apprendre encore, même en présence d'Alzheimer ou des séquelles d'ACV.

Les participants ont en moyenne 81 ans, et quatre d'entre elles sont centenaires (dont une personne de 109 ans).

Hubert Wallot a présenté l'approche humaniste de l'organisme et, de façon sommaire, les résultats d'une étude qualitative du CEVQ (avec les chercheurs Steeve Paquet, Andrée Sévigny et André Tourigny) sur des effets perçus par les participants.

Plus précisément, furent rencontrés les sages artistes (9), les artistes guides (5) et les proches significatifs (8), en plus de l'observation directe. Une attention particulière fut portée sur le sens donné à la vie, sur l'estime de soi, sur les communications avec la famille et sur l'effet sur les habitudes de vie.

Les chercheurs ont voulu d'abord montrer qu'il s'agit bien d'un processus artistique en évolution et que l'art est une forme d'hygiène, notamment dans la vieillesse. Aussi, montrer que le processus de vieillir en santé suppose un ajustement d'un développement personnel qui ne doit pas s'arrêter.

Et, les personnes âgées retrouvent, dans l'expérience d'apprendre à peindre aux Pinceaux d'Or, les éléments suivants de la philosophie du rétablissement :

- un projet de vie où revisiter son passé pour le tableau devient l'occasion de l'espoir, celui de laisser une trace pour la famille;
- empowerment, où le sage artiste découvre qu'il peut apprendre encore et réduit son auto-stigmatation négative;
- l'inclusion sociale par les relations créées entre les participants, et enfin;
- la citoyenneté à travers certaines initiatives comme le développement social de trois HLM et les cartes et calendriers avec peintres identifés à Wendake, cartes dont le profit des ventes est versé à une fondation pour un édifice pour personnes en perte d'autonomie.

Toutes les actualités de la TÉLUQ >>>

Source :
Denis Gilbert
Chargé des relations avec la presse
Bureau des communications
et des relations publiques, TÉLUQ
418 657-2747, poste 5282