2013-11-26 | UQAR

Des étudiants issus de milieux de plus en plus diversifiés

Au trimestre d'hiver 2013, plus de 150 étudiants étaient inscrits dans les programmes de 2e cycle en gestion de projet à l'UQAR. Encore aujourd'hui, bon nombre d'entre eux sont issus des filières plus « traditionnelles » à la gestion de projet, comme l'ingénierie, l'informatique ou les finances. Toutefois, un nombre croissant d'étudiants issus de formations de plus en plus diversifiées s'intéressent désormais à la gestion de projet. Pourquoi ?

Un peu d'histoire... La gestion de projet, c'est l'art de diriger et de coordonner des ressources humaines, matérielles et financières tout au long de la vie d'un projet, en utilisant des techniques de gestion pour atteindre des objectifs prédéfinis d'envergure, de coût, de temps, de qualité et de satisfaction des parties prenantes.

C'est en 1976 que l'Université du Québec (UQ) créait, pour la première fois dans le monde, un programme spécialisé dans le domaine de la gestion de projet, dans la foulée des grands projets comme la Baie James ou les Jeux olympiques de Montréal.

D'abord dédiée aux ingénieurs, cette formation s'est vite répandue à tous les domaines de l'activité humaine, que ce soit la construction, l'informatique, l'industrie pharmaceutique, la production de films ou d'événements culturels, etc.

Des profils qui se diversifient

On observe depuis quelques années de plus en plus d'étudiants détenteurs d'une formation de premier cycle universitaire notamment en arts, en lettres ou en sciences humaines qui viennent chercher des outils propres à la gestion de projet pour les appliquer dans leur secteur d'activité. Voici cinq profils des plus inspirants.

Lire l'article complet

Sur la photo : Marie-Hélène Collin, diplômée en études théâtrales et enseignement de l'art dramatique.

Source :
François Cormier
UQAR-Info, 25 novembre 2013