2013-12-09 | UQO

Un article du professeur Christian Calmès publié dans le Journal of Banking and Finance

La mutualisation des pertes financières provoquées par la crise bancaire de 2007 a coûté des milliers de milliards de dollars à la société civile mondiale. La crise du subprime a engendré l'une des plus graves crises économiques de l'histoire, précipitant les états au bord du gouffre fiscal. Sous l'égide de la banque des règlements internationaux, les banques centrales des économies avancées cherchent à mettre en place de nouvelles mesures pour mieux encadrer les risques inhérents au système bancaire international. Dans le cadre des accords de Bâle, tout l'enjeu repose sur l'instauration de règles devant prendre en compte les nouvelles activités non traditionnelles que mènent les banques, en lien avec les marchés financiers (e.g., la titrisation).

Dans cet article, Christian Calmès professeur au Département des sciences administratives de l'UQO | Campus de Saint-Jérôme explique : «Nous évaluons les propriétés d'un outil d'analyse macroprudentiel basé sur la dispersion en coupe transversale des portefeuilles bancaires, incluant précisément ces activités non traditionnelles ("snonin cross sectional dispersion") -- qui contribuent considérablement au rendement, mais aussi à la volatilité du système bancaire. Entre autres, nos résultats indiquent que ce nouvel outil a des propriétés "forward looking", c'est-à-dire qu'il aide à anticiper la formation de risques systémiques accrus.»

Le professeur Calmès et le co-auteur de cet article, le professeur Raymond Théoret de l'UQAM, sont particulièrement fiers que ce travail paraisse dans un "top field" journal comme le Journal of Banking and Finance (JBF). Récemment, ils ont publié un article présentant un autre outil d'analyse macroprudentiel basé sur le levier, qui permet également de mieux mesurer le risque bancaire systémique. Cet article, à paraître dans le Journal of International Financial Markets, Institutions and Money (JIFMIM), leur a déjà valu de belles réactions de la communauté scientifique. Mais cette nouvelle publication sera encore plus visible, car si le JIFMIM est très bien côté (top 20), le JBF quant à lui est classé numéro un mondial en finance bancaire, soit la publication la plus fréquemment citée dans la littérature financière. L'une des retombées immédiates est l'invitation qui leur a été faite par le Journal of Stock and Forex Trading de publier un article anthologique sur le futur du système bancaire.

La semaine prochaine le professeur Calmès sera à Nanning (Chine), où il a été invité à une conférence organisée par le Global Shadow Banking Group, un groupement chinois de chercheurs qui s'intéresse de très près à son programme de recherche. «Nous sommes d'ailleurs en discussion avec l'université de Beijing pour recevoir l'assistance d'un doctorant chinois l'année prochaine, car nos projets vont essentiellement viser à appliquer nos modèles pour la Chine. Cette reconnaissance extérieure vient récompenser dix années de recherche indépendante» précise le professeur Calmès.

Toutes les actualités de l'UQO >>>

Source :
Service des communications
et du recrutement, UQO