2013-12-18 | INRS

Ce métro qui est arrivé trop tard

Photos © Christian Fleury

Londres, Paris, New York. Il suffit de regarder les cartes des métros de ces grandes villes pour faire baver d'envie n'importe quel piéton montréalais : des systèmes ramifiés, des lignes qui couvrent l'ensemble du territoire et des possibilités de correspondances qui donnent le tournis. En comparaison, les quatre lignes montréalaises ont l'air bien modestes. Pourquoi? Une des personnes les plus qualifiées pour répondre à cette question s'appelle Dale Gilbert. Il a à peine 30 ans et arrive au terme de son postdoctorat sur notre petit métro souvent mal aimé. Un parcours qu'il a réalisé sous la supervision de Claire Poitras, directrice du Centre Urbanisation Culture Société de l'INRS.

« L’histoire du métro de Montréal est un excellent point de départ pour étudier l’histoire du Québec », affirme d’emblée ce jeune chercheur passionné par les questions de mobilité. « Ce qui est d’autant plus fascinant, c’est qu’on serait porté à croire a priori qu’il ne s’agit que de l’histoire récente, pourtant, les premières ébauches du métro de Montréal ont été pensées il y a plus d’un siècle! » Qu’il s’agisse des relations entre le gouvernement du Québec et les municipalités, de la guerre, de l’architecture, de la Grande Noirceur, des questions de leadership politique et évidemment des relations des Québécois avec le transport, l’histoire du métro est, pour Dale Gilbert, un puissant révélateur de l’histoire de notre société encore une fois très distincte.

Montréal sur la ligne de départ

À l'aube du XXe siècle, le métro de Londres fonctionne avec succès depuis 40 ans. Dickens l'a vu construire avec bonheur et en était un passager enthousiaste. Les grandes villes comme Paris et New York, déjà aux prises avec de formidables problèmes de transport, créent également leurs propres infrastructures de transport collectif. «À Montréal, à cette époque, on parle aussi de créer un métro», explique Dale Gilbert. Au cours de ses études postdoctorales, il a recensé pas moins d'une vingtaine de projets de métro à Montréal couchés sur papier entre 1902 et 1962, date du début de la construction. «Dans les années 1940 et 1950, notamment, plusieurs décideurs, tant des promoteurs privés que des politiciens, visitent les grandes villes du monde dotées d'un métro et s'en inspirent pour proposer un réseau montréalais. Ça remet en question bien des préjugés qu'on pourrait avoir face au Québec de la Grande Noirceur!»

Lire l'article complet

source :
Matthieu Dugal
PLANÈTEINRS.ca