2013-08-19 | UQ

La résilience contre vents et marées

Décembre 2010. Une violente tempête frappe la Gaspésie. Les vagues balaient les rivages, grugeant la côte çà et là, endommageant des maisons, inondant des rues. Les Gaspésiens sont sous le choc, à Maria comme à Sainte-Flavie.

Mais on n'aurait encore rien vu! Dans un contexte de changements climatiques, on nous prédit une recrudescence de ce genre d'événement. Comment préparer les communautés côtières à faire face à la situation? «En misant sur la résilience et la capacité des gens à s'organiser», affirme le géographe Steve Plante.

Professeur au département sociétés, territoires et développement de l'Université du Québec à Rimouski (UQAR), Steve Plante est codirecteur de l'Alliance de Recherche Universités-Communautés (ARUC) Défis des communautés côtières. Comme son nom l'indique, une ARUC est une approche de recherche qui mise sur la collaboration active entre les chercheurs et les citoyens concernés. L'intervention de cette ARUC déborde la Gaspésie et s'étend tout autour de l'estuaire du golfe du Saint-Laurent, l'épicentre des événements météorologiques extrêmes.

Source :
«La résilience contre vents et marées». La recherche dans le réseau de l'Université du Québec : Objectif régions - Du savoir pour le développement, vol. 2, no 2 (novembre 2012), p. X-XI.

Lire la suite3.pdf