2013-08-20 | UQ

L'autre Plan Nord

Le réseau Internet est vorace en énergie. Il faudra miser à l'avenir sur les énergies renouvelables. Et placer certains équipements dans des zones où la climatisation sera moins nécessaire. Pourquoi pas le Grand Nord?

Aussi surprenant que cela puisse paraître, le réseau Internet est une source importante d'émissions de gaz à effet de serre (GES). Il générerait pour 2% des rejets polluants dans l'atmosphère de la planète. Et cela va aller en augmentant.

«Une seule recherche sur Google demande, pour les serveurs de l'entreprise californienne, une consommation d'énergie qui équivaut à celle nécessaire pour chauffer l'eau d'une tasse de café», mentionne Kim Nguyen, associé de recherche à l'École de technologie supérieure (ÉTS) à Montréal.

Sur la photo : Mohammed Chériet, chercheur principal du projet Greenstar Network.

Source :
«L'autre Plan Nord». La recherche dans le réseau de l'Université du Québec : Objectif régions - Du savoir pour le développement, vol. 2, no 2 (novembre 2012), p. XII.

Lire la suite5.pdf