2013-01-24 | UQTR

Une infirmière sur cinq est exposée à des comportements de harcèlement psychologique au travail

Photo : Flageol

Le harcèlement psychologique au travail est un problème sérieux, susceptible d'affecter la santé et la productivité des individus. Selon plusieurs études, le milieu infirmier n'échappe pas à ce phénomène, nuisant à la rétention du personnel et à la qualité des soins offerts.

Cependant, malgré ces enjeux majeurs, l'ampleur du harcèlement psychologique en milieu infirmier est encore peu connue au Canada, et plus particulièrement au Québec. Pour apporter un éclairage sur cette question, Sarah-Geneviève Trépanier, doctorante en psychologie à l'UQTR, mène une étude auprès des infirmières québécoises. Les résultats obtenus montrent que 20% du personnel infirmier est exposé régulièrement à des comportements de harcèlement psychologique au travail. Les répercussions s'avèrent importantes : problèmes de santé psychologique et fonctionnement professionnel sous-optimal.

«Nous avons réalisé notre enquête avec la collaboration de l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec. Au total, 1179 infirmières ont répondu à notre questionnaire, à l'automne 2010. En les interrogeant, nous souhaitions évaluer l'ampleur et la nature du harcèlement psychologique au sein de leur milieu de travail, ainsi que les impacts sur la santé psychologique et le fonctionnement professionnel. Les questions permettaient de mesurer notamment l'exposition à des comportements négatifs, la perception d'être victime de harcèlement, la détresse psychologique, les plaintes psychosomatiques, l'intention de quitter l'emploi et la motivation au travail», de dire Mme Trépanier, qui réalise son étude sous la direction du professeur Claude Fernet, titulaire de la Chaire de recherche UQTR sur la motivation et la santé au travail.

Sur la photo : L'étudiante au doctorat en psychologie, Sarah-Geneviève Trépanier, en compagnie de son directeur de recherche, le professeur Claude Fernet, du Département des sciences de la gestion de l'UQTR.

Lire l'article complet


Françoise Descoteaux
Campus Express