2013-02-05 | INRS

Détection précoce du glaucome grâce à la physique

Photo © Christian Fleury

Le glaucome se compare à un pickpocket très agile. Personne ne le voit venir et, lorsque le mal est fait, impossible d'agir. Hélas, cette maladie dégénérative vole quelque chose de bien plus précieux que de l'argent : la vue. Mais peut-être plus pour très longtemps. Kanwarpal Singh, un diplômé de l'INRS, a mis au point un appareil capable d'attraper le glaucome la main dans le sac.

Le glaucome affecte plus de 400 000 personnes au Canada et constitue l'une des principales causes de cécité au pays avec la dégénérescence maculaire, le diabète et la cataracte. Une fois la maladie à l'oeuvre, les dommages sont irréversibles. Le champ de vision diminue au fil des ans, un peu comme si vous tombiez lentement dans un puits sans fond, jusqu'à ce que la lumière disparaisse complètement.

La progression du glaucome peut être ralentie avec divers traitements, et ce, même avant le début des troubles de la vue. Le hic, c'est que cette maladie s'avère particulièrement difficile à détecter avant l'apparition des premiers symptômes, généralement autour de l'âge de 40 ans. D'où son surnom inquiétant, en anglais, de «silent blinding disease», explique Kanwarpal Singh.

Lire l'article complet

Source :
Marc-André Sabourin
PLANÈTEINRS.ca