2013-03-28 | INRS

Une étudiante de l'INRS aux Rencontres des lauréats Nobel à Lindau

Magali Gauthier

En débarquant en Allemagne en juin prochain, Magali Gauthier rejoindra un groupe sélect et très particulier. L'étudiante au doctorat en sciences de l'énergie et des matériaux, qui partage son temps entre la France et le Canada, passera une semaine en compagnie de 37 lauréats du prix Nobel et de plus de 600 étudiants venus de partout dans le monde.

La tradition des Rencontres des lauréats Nobel à Lindau offre une occasion unique à des étudiants de s'entretenir avec des modèles dont la réputation n'est plus à faire. «Cette conférence sera un évènement très impressionnant et un peu surréaliste, s'exclame madame Gauthier. C'est incroyable d'imaginer que je vais pouvoir discuter avec de nombreux prix Nobel et apprendre de ces chercheurs exceptionnels.»

Bien sûr, les étudiants qui ont été sélectionnés pour ces rencontres sont aussi exceptionnels. Poursuivant un doctorat en codirection avec le professeur Lionel Roué, au Centre Énergie Matériaux Télécommunications de l'INRS, les professeurs Dominique Guyomard Bernard Lestriez et Philippe Moreau, à l'Institut des Matériaux Jean Rouxel de Nantes (CNRS) en France, Magali Gauthier s'est fait remarquer par l'excellente qualité de ses travaux. Elle mène ses recherches sur les électrodes négatives à base de silicium pour batteries lithium-ion et a déjà publié à quatre reprises dans des revues scientifiques réputées, sans compter les trois articles en préparation et ses présentations lors de conférences internationales.

«Le fait que Magali ait été sélectionnée parmi plus de 20 000 candidats témoigne de la très grande qualité de son dossier universitaire et de ses travaux de recherche, souligne Lionel Roué, avant d'ajouter que Magali est une étudiante brillante et passionnée par la recherche. Sa participation à cet évènement prestigieux est amplement méritée et je lui souhaite d'en profiter pleinement.»

L'étudiante du Centre Énergie Matériaux Télécommunications espère avoir l'occasion de s'entretenir avec Gerhard Ertl, dont les travaux sur les réactions chimiques à la surface de solides lui ont valu le prix Nobel de chimie en 2007. «Ses travaux sont très vastes et très appliqués et ils m'intéressent particulièrement pour ma recherche, précise-t-elle. Un autre domaine qui m'intéresse est celui des nanotechnologies. J'aurai peut-être la chance d'en discuter avec Robert F. Curl Jr.et Sir Harold W. Kroto,qui ont découvert les fullerènes.»

Toutes les actualités de l'INRS >>>

Source :
Stéphanie Thibault
Directions des communications, INRS
27 mars 2013