2013-08-01 | UQ

Nouveaux polluants, nouvelles stratégies

Illustration : Steve Adams

Parmi les milliers de substances chimiques synthétiques qui composent nos produits domestiques et cosmétiques, certaines dérèglent dangereusement nos systèmes hormonaux. Mais lesquelles, au juste? C'est un casse-tête à 100 000 morceaux pour les scientifiques.

Daniel Cyr a vu de ses yeux des poissons mâles du fleuve Saint-Laurent développer des oeufs, signe troublant de leur féminisation. Pour ce toxicologue, professeur titulaire au Centre INRS-Institut Armand-Frappier, il ne fait aucun doute que certaines substances chimiques synthétiques disséminées dans l'environnement perturbent la régulation hormonale chez l'humain et détraquent ses organes reproducteurs. Elles se substitueraient à ses hormones et s'immisceraient dans ses systèmes régulateurs.

À la TÉLUQ, Lise Parent, professeure de l'Unité de formation et de recherche Science et technologie, s'intéresse elle aussi à ces perturbateurs endocriniens depuis longtemps. Elle a même créé un site Web, Sabotage hormonal, pour mettre en garde la population : «On les mesure dans notre sang; les maladies hormonales sont en croissance.»

Lire la suite

Source :
Binh An Vu Van, « Nouveaux polluants, nouvelles stratégies »
La recherche dans le réseau de l'Université du Québec, vol 3, no 1, 2013, pp. X-XI.