2013-05-23 | UQAR

La technopédagogie a de plus en plus la cote à l'UQAR - Via, une plateforme Web adaptée à l'enseignement virtuel

La technopédagogie s'est répandue à l'UQAR il y a maintenant neuf ans. Pour le professeur en sciences infirmières Frédéric Banville, les nouvelles technologies - particulièrement la plateforme Via - offrent des possibilités pédagogiques innovantes permettant un enseignement à distance de qualité.

Les plateformes Claroline, Via et Moodle, les tableaux interactifs, la visioconférence, les télévoteurs, le portfolio numérique et le logiciel Skype sont autant d'outils disponibles à l'UQAR. « Les professeurs s'approprient de plus en plus la technologie pour leurs cours. L'UQAR se positionne bien par rapport au déploiement des technologies dédiées à la formation », observe le technopédagogue Michel Gendron.

Professeur à l'UQAR depuis bientôt deux ans, Frédéric Banville a rapidement adopté la plateforme Via dans le cadre de ses cours. « Je l'utilise à tous les jours. Comme l'UQAR couvre un vaste territoire, la plateforme de visioconférence Via permet de faire de la supervision de stage ou encore de donner des cours à plusieurs groupes qui sont dans différents points de service. Cela devient un atout très intéressant pour joindre les étudiants chez eux et pour créer une classe virtuelle. C'est une plateforme très interactive. »

La plateforme Via permet de tenir une séance synchrone à partir d'un ordinateur personnel, de présenter des documents que les étudiants peuvent télécharger sur leur ordinateur, de partager son écran, d'utiliser un tableau blanc, de diviser une classe en sous-groupe afin de faire des ateliers, de présenter une vidéo, d'enregistrer une séance et d'interagir en mode privé avec un étudiant qui a une question qu'il ne souhaite pas poser devant la classe. « C'est un outil qui offre beaucoup de latitude aux professeurs », mentionne Michel Gendron.

En revanche, l'un des inconvénients de cet outil est, bien entendu, la perte du contact humain direct qu'offre un cours en présentiel. « Il y a plein de non-verbal qu'on ne voit pas et on ne ressent pas l'ambiance d'une classe traditionnelle. Cela dit, le sentiment d'être en lien avec les étudiants n'est pas ébranlé. D'ailleurs, des études ont démontré que la psychothérapie à distance, par le biais de la visioconférence ou Skype, offre les mêmes résultats thérapeutiques que face à face », indique le professeur Banville.

Le professeur Frédéric Banville fera une présentation sur les classes virtuelles, le 10 juin, dans le cadre du pré-colloque en technopédagogie présenté la veille du quatrième colloque de pédagogie universitaire. Voici un bref aperçu des possibilités offertes par la plateforme Via.

Sur la photo : Le professeur Frédéric Banville en compagnie du technopédagogue Michel Gendron.

Source :
Service des communications, UQAR