2013-05-24 | INRS

La gestion durable de l'eau, le défi des villes d'aujourd'hui

Grâce à une législation et à des mesures de contrôle rendues de plus en plus sévères au Québec depuis le début des années 1970, la qualité de l'eau potable est strictement contrôlée. Ainsi, les Québécois disposent, sur presque l'ensemble du territoire, d'une eau potable d'excellente qualité. De plus, le Programme d'assainissement des eaux usées, mis en place à la même période, assure la protection des cours d'eau. Les municipalités québécoises consacrent jusqu'à 25 % de leur budget à assurer des services d'eau de qualité et à la protection de la ressource. C'est beaucoup. Et le défi qui attend les villes, dans le contexte du développement durable, est celui de devenir aquaresponsables. C'est justement à cette fin que l'Institut international de l'aquaresponsabilité municipale (iiAm), un organisme à but non lucratif fondé par des experts de l'INRS et de l'Université Laval, a été lancé en mars 2013.

Beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis la mise en oeuvre du Programme d'assainissement des eaux du Québec (PAEQ), en 1978. Créé six ans après la Loi sur la qualité de l'environnement, qui visait notamment les industries papetière et pétrolière, le PAEQ a permis au fil des ans de réduire les émissions de déchets toxiques dans le réseau fluvial et de peaufiner le traitement des eaux usées. Si bien que près de trois décennies plus tard, « le problème de la pollution des eaux, potables ou usées, de source industrielle ou domestique, est réglé dans une proportion de 95 % », selon Jean-Pierre Villeneuve, professeur au Centre Eau Terre Environnement de l'INRS et un des experts qui collaborent aux travaux de l'iiAm. « Et en matière de gestion des eaux pluviales, le Québec s'en tire aussi très bien », ajoute sa collègue Sophie Duchesne, hydrologue spécialisée dans la gestion des eaux et des infrastructures afférentes en milieu urbain, également impliquée dans les travaux de l'iiAm.

Qu'est-ce qu'une ville aquaresponsable?
« L'aquaresponsabilité est un concept qui englobe toutes les actions qu'une ville devrait entreprendre pour garantir une saine gestion de ses ressources et de ses services d'eau sur son territoire », explique le professeur Villeneuve. Dans le monde, d'autres « regroupements de chercheurs analysent la gestion municipale de l'eau, mais jamais dans sa globalité », mentionne la professeure Duchesne.

Comment évaluer la performance et l'efficience d'une municipalité envers ses ressources en eau? Comment dresser un état des lieux et recommander les meilleures actions à entreprendre pour optimiser son aquaresponsabilité? Les experts de l'iiAm ont développé une méthodologie exhaustive qui comprend les 17 éléments caractéristiques de ce concept de développement durable. L'audit considère, pour ne nommer que quelques éléments, la protection, la conservation et l'exploitation des sources d'eau potable; la valorisation de la consommation responsable; la gestion des eaux usées en temps de pluie et de la pollution et des inondations en résultant; la formation adéquate et continue du personnel; la gestion des risques et des urgences; l'adaptation des infrastructures aux changements climatiques; le contrôle de la qualité de l'eau; l'information aux citoyens et leur accès à l'environnement aquatique; la gestion de l'eau solide (neige et glace).

Lire Article complet

Sources :
Service des communications, INRS