2014-01-10 | UQAR

Plus de 400 spécialistes du climat se donnent rendez-vous à Rimouski

Plus de 400 spécialistes du climat, de la météorologie et de l'océanographie hauturière et côtière se réuniront à Rimouski, du 1er au 5 juin, pour participer au congrès de la Société canadienne de météorologie et d'océanographie.

Le thème retenu pour cette rencontre est le Nord vulnérable : implications des changements dans les environnements froids. « Rimouski sera la capitale de la recherche sur les environnements nordiques lors de ce congrès international », observe le président du comité organisateur local, le professeur Simon Bélanger. « Douze ans après la tenue du congrès de la SCMO sur les Environnements nordiques, l'heure est à l'état des lieux. »

Ce congrès international est organisé par des scientifiques de l'Université du Québec à Rimouski, de l'Institut des sciences de la mer de Rimouski et de l'Institut Maurice-Lamontagne de Pêches et Océans Canada. Plus de 200 communications orales ou sous forme d'affiches seront présentées pendant la semaine. « Des chercheurs et des étudiants du Canada, des États-Unis et d'Europe partageront les résultats de leurs plus récentes découvertes en lien avec le nord », mentionne Michael Scarratt, président du comité scientifique.

Les changements et les variabilités climatiques, les prévisions météorologiques dans le nord, la modélisation climatique, les systèmes d'observation in situ et satellitaire, la pollution environnementale en milieu froid, les interactions océan-glace-atmosphère-continent, les impacts sur les communautés nordiques et sur les écosystèmes figurent parmi les sujets qui seront abordés lors du congrès annuel de la Société canadienne de météorologie et d'océanographie.

Sur la photo (de gauche à droite) : la directrice de l'ISMER, Ariane Plourde, le président du centre régional de la SCMO à Rimouski, le professeur Dany Dumont, le président du comité scientifique, le chercheur Michael Scarratt, le doyen des études de cycles supérieures et de la recherche, Frédéric Deschenaux, et le président du comité organisateur local, le professeur Simon Bélanger

Source :
Jean-François Bouchard
UQAR-Info, 8 janvier 2014