2014-01-31 | UQTR

La nanocellulose au service de la criminalistique

La criminalistique est une science s'intéressant aux traces physiques laissées par des activités criminelles ou accidentelles. Depuis septembre 2012, elle est enseignée à l'UQTR, notamment par le professeur Frank Crispino. Ce dernier, dans son programme de formation, souhaite permettre aux étudiants de se pencher, entre autres, sur les caractéristiques des projectiles d'armes à feu. Cependant, pour bien étudier ces projectiles, il faut pouvoir les récupérer intacts après des essais de tir. Souhaitant se doter des équipements nécessaires à cette récupération, le professeur Crispino s'est associé au Département de génie chimique de l'UQTR, pour le développement d'une solution originale répondant à ses besoins.

«L'UQTR oeuvre en partenariat avec les milieux professionnels de la sécurité, pour le volet balistique concernant les armes à feu et les tests de tir. Toutefois, l'Université ne dispose pas d'installations permettant de récupérer les projectiles tirés. Nous voulons donc nous doter d'un appareil capable de stopper les projectiles d'armes à feu sans les détériorer, pour pouvoir ensuite les étudier», explique le professeur Crispino.

Le type d'appareil envisagé par M. Crispino est appelé tunnel de tir pendulaire. Cette installation peut utiliser différents matériaux absorbants pour freiner les projectiles sans les abîmer. Parmi les substances servant de matrice d'absorption figurent les gels balistiques. Cependant, les gels actuellement disponibles présentent des inconvénients. Ils doivent notamment être utilisés à une température avoisinant 4 °C, ce qui en restreint et en complique l'usage, surtout à grande échelle.

En quête d'un nouveau matériau absorbant, le professeur Crispino a découvert les possibilités offertes par la nanocellulose, en fréquentant les membres du Centre de recherche sur les matériaux lignocellulosiques (CRML) de l'UQTR. L'un d'entre eux, le professeur Éric Loranger (génie chimique), s'est intéressé de près aux besoins du professeur Crispino en matière de gel balistique, proposant d'explorer le potentiel d'utilisation de la nanocellulose modifiée.

Lire l'article complet

Sur la photo : Les professeurs Frank Crispino (criminalistique) et Éric Loranger (génie chimique).

Source :
Françoise Descoteaux
EnTête, 30 janvier 2014