2014-02-06 | UQAM

UQAM - Étude sur les préférences de traitement lors d'un diagnostic de dépression

La professeure Janie Houle.
Photo: Nathalie St-Pierre

La littérature sur le traitement de la dépression laisse croire que les hommes détestent la psychothérapie. Mais est-ce réellement le cas? Des chercheurs montréalais, dont la professeure Janie Houle, du Département de psychologie, ont voulu fouiller la question en s'intéressant aux préférences de traitement lors d'un premier épisode de dépression. Les résultats de cette étude ont été publiés dans Journal of Affective Disorders.

Janie Houle et ses collègues ont interrogé 88 patients ayant reçu récemment, et pour la première fois de leur vie, un diagnostic de dépression. Ils ont voulu savoir quel était le traitement envisagé par ces patients. Sans surprise, leurs résultats démontrent que trois femmes sur quatre optent pour la psychothérapie plutôt que les antidépresseurs. Les chercheurs ont toutefois été étonnés de constater que presque un homme sur deux privilégiait aussi la psychothérapie. «C'est important que les médecins soient au courant de ces résultats, affirme Janie Houle. Ils ne doivent pas prendre pour acquis que les hommes ne veulent pas entendre parler de psychothérapie.»

La recherche a également mis en relief trois variables influençant le fait qu'une personne choisisse la psychothérapie plutôt que les antidépresseurs: être une femme, détenir un diplôme universitaire et avoir un historique familial de dépression. «La probabilité qu'une femme avec un diplôme universitaire et un historique familial de dépression opte pour la psychothérapie advenant un diagnostic de dépression est de 99 %», souligne Janie Houle. Pour les hommes, dans le même cas de figure, la probabilité est de 88 %, tandis qu'à l'autre bout du spectre, pour un homme sans diplôme universitaire et sans historique familial de dépression, la probabilité chute à 10 %. Chez les femmes, elle se maintient tout de même au-dessus de 50 %.

Lire l'article complet

Source :
Pierre-Etienne Caza
Actualités UQAM
3 février 2014