2014-02-07 | UQAR

Projet conjoint de l'UQAR-ISMER et de l'Université de São Paulo

Spécialiste en aquaculture, le professeur Réjean Tremblay vient de compléter une partie de sa recherche sur les mécanismes de recrutement des balanes et des moules en zones subtropicales et nordiques réalisée avec son collègue le Dr Augusto Flores, de l'Université de São Paulo.

Cette recherche conjointe de l'UQAR-ISMER et de cette université brésilienne vise à comprendre la dynamique qui guide ces espèces d'invertébrés marins à s'établir sur un substrat - comme les roches dans les zones de marée - afin de s'y métamorphoser jusqu'à ce qu'ils atteignent leur forme adulte.

« Les invertébrés marins ont comme spécificité de relâcher leurs oeufs et leur sperme directement dans l'eau, où leurs larves sont fécondées. Ces larves demeurent dans la colonne d'eau durant leur stade larvaire, qui dure entre une semaine et un mois selon les espèces. À un moment donné, ces larves développent une morphologie qui leur permet d'aller explorer le substrat. Lorsqu'ils trouvent un substrat intéressant, ils vont s'y établir et s'y développer afin de prendre leur forme finale », explique le professeur Tremblay.

Les balanes et les moules jouent un rôle important sur la biodiversité marine. « Ce sont des espèces dites ingénieures dans les zones de marée. En raison de leur abondance, elles structurent leur environnement. Quand il y a une bonne quantité de balanes ou de moules qui couvrent une roche, cela crée une sorte de récif sur lequel d'autres espèces viennent se greffer. Cela crée un environnement qui permet à la biodiversité de se développer », mentionne M. Tremblay.

Lire l'article complet

Sur la photo : Les professeurs Réjean Tremblay, de l'UQAR, et Augusto Flores, de l'Université de São Paulo, entourés des étudiants Florian Freuchet et Philippe St-Onge.

Source :
Jean-François Bouchard
UQAR-Info, 7 février 2014