2014-02-14 | INRS

Des antennes nouveau genre pour contourner la pénurie de fréquences radio

Photo © Christian Fleury

C'était à la fin de 1901, à Saint-Jean de Terre-Neuve. Par une journée d'hiver, Guglielmo Marconi, debout face à la mer, fait élever une antenne de 150 mètres à l'aide d'un grand cerf-volant et réussit à capter les signaux radio qu'une autre équipe envoie de Poldhu, en Angleterre. C'est la première démonstration de la possibilité de transmettre des ondes électromagnétiques sur plusieurs centaines de kilomètres et le début d'une révolution dans les communications. Aujourd'hui, plus de 112 ans après cet exploit, du cellulaire aux satellites, en passant par le Wi-Fi, la télé et les systèmes GPS, la vie est difficilement imaginable sans ondes radio. Tellement qu'on commence à s'arracher les rares fréquences encore disponibles. Il faut ouvrir des fréquences encore inexploitées, défi que tente de relever Tayeb A. Denidni, professeur au Centre Énergie Matériaux Télécommunications de l'INRS, en développant des antennes nouveau genre.

« Les ondes radio sont maintenant surpeuplées, explique l'ingénieur électrique. Elles sont utilisées par des milliers d'appareils qui doivent avoir leur fréquence dédiée pour éviter d'interférer les uns avec les autres. » Dans une maison, par exemple, le Wi-Fi (pour Wireless Fidelity) fonctionne à une fréquence de 2,4 GHz, alors que les combinés de téléphone sans fil utilisent la bande 1,9 GHz. Dans la voiture, la radio FM est diffusée sur les bandes de 87,5 à 108 MHz, alors que les signaux GPS se captent à 1,575 GHz...

Tous ces chiffres se comprennent aisément quand on sait qu'une onde, c'est un peu comme une vague, et la fréquence d'une onde, c'est le nombre de vagues qui se propagent à chaque seconde. On exprime cette fréquence en hertz, c'est-à-dire en nombre de vagues par seconde. Ainsi, une fréquence d'une vague à la seconde se dit 1 hertz. Mais les ondes radio ont des fréquences drôlement élevées. Elles s'expriment en kilohertz (kHz ? milliers d'oscillations à la seconde), en mégahertz (MHz ? millions d'oscillations à la seconde) et en gigahertz (GHz ? milliards d'oscillations à la seconde).

Source :
Joël Leblanc
PLANÈTEINRS.ca
12 février 2014