2014-03-03 | UQTR

UQTR - Les stagiaires du PSIJ sont de retour au bercail

Les dix-huit stagiaires du Programme de stages internationaux pour les jeunes (PSIJ), administré par le Bureau de l'international et du recrutement (BIR), sont de retour d'Afrique. Après six mois d'aventure, de dépaysement, mais surtout de dur labeur, ils étaient tous réunis à Trois-Rivières du 27 au 31 janvier dernier, afin de faire le point sur leur expérience.

Le retour à la réalité peut être synonyme de réconfort pour certain, mais également source d'angoisse pour d'autres, d'où la pertinence de tenir un événement de la sorte. «Vous savez combien de temps ça m'a pris pour revenir de mon expérience internationale? Deux ans!» lançait Sylvain Benoît, directeur du BIR, sur un ton rieur. La citation fait sourire, mais il n'en demeure pas moins que la réintégration au pays d'origine est une étape délicate qui doit être prise au sérieux.

Le déroulement des activités

Le programme de la semaine a débuté à l'UQTR avec la formation bilan-retour et réintégration du Centre d'apprentissage interculturel (CAI), puis il s'est terminé dans l'ambiance conviviale de la base de plein air Ville-Joie, où les nouveaux diplômés ont pu se retrouver et échanger dans un décor rustique, autour d'un feu de foyer avec vue sur le fleuve. «L'objectif de la semaine est de mettre en valeur l'expérience acquise à l'étranger, mais aussi de donner aux stagiaires les outils nécessaires pour faciliter le processus de réintégration», souligne Kim Bracken, responsable du programme PSIJ à l'UQTR. À travers les ateliers et conférences sur des thèmes tels que le choc du retour, la recherche d'emploi, la coopération internationale et la gestion de soi et de carrière, les stagiaires ont pu approfondir leur compréhension des expériences interculturelles vécues sur le terrain, tout en profitant de cet espace pour échanger entre eux sur les plaisirs et les défis qui ont ponctué leur séjour à l'étranger.

Sur la photo : Samuel Audet, Katherine Champagne, Mireille Thériault, Gudule Kisempa, Université Gaston-Berger, Sénégal.

Lire l'article complet

Source :
Nicolas Lacoursière
EnTête, 3 mars 2014