2014-03-12 | UQAR

Lean Management, changer la culture organisationnelle dans le domaine de la santé

Pour favoriser l'implantation du lean management au sein du Centre hospitalier universitaire de Québec (CHU de Québec) qui regroupe cinq hôpitaux et embauche près de 15 000 employés et collaborateurs, Éric Daneau en a fait son projet de recherche à la maîtrise en gestion de projet.

Le lean management constitue une philosophie de gestion centrée sur l'élimination des gaspillages ou des activités qui n'apportent pas de valeur ajoutée au client. Dans le milieu de la santé, cela peut se traduit par la réduction du temps d'attente ou d'étapes inutiles dans les processus de façon à augmenter le temps qu'un professionnel de la santé passera auprès d'un patient.

À titre d'adjoint au directeur de la direction de l'évaluation, de la qualité et de la planification stratégique au CHU du Québec, Éric Daneau est responsable de la gestion globale du projet d'implantation du lean management pour l'ensemble des établissements. Il est non seulement responsable des dimensions classiques de la gestion de projet (coûts, contenu, délais, etc.), mais aussi de sa dimension humaine, c'est-à-dire de la «gestion du changement». «Différents projets ont été mis en place pour favoriser ce changement de culture. Par exemple, afin de mobiliser les membres de la direction autour du changement, nous prévoyons envoyer les directeurs de chacune des directions rencontrer les patients pour constater la valeur ajoutée, vivre l'expérience patient, connaître leur personnel, identifier les opportunités d'amélioration et prendre de meilleures décisions de gestion. De manière périodique, une rétroaction sera faite au comité de direction du CHU de Québec, afin de bâtir un plan d'action sur les éléments problématiques récurrents observés», souligne M. Daneau.

Sur la photo : Éric Daneau, adjoint au directeur de la Direction de l'évaluation, de la qualité et de la planification stratégique au CHU de Québec. (Photo : Guillaume Boutin)

Lire l'article complet

Source :
François Cormier
UQAR-Info, 11 mars 2014