2014-03-12 | UQAM

UQAM - Éloge de la gastronomie

Julia Csergo
Photo : Émilie Tournevache

La professeure Julia Csergo, du Département d'études urbaines et touristiques, souhaite mieux comprendre comment nous mangeons. La reconnaissance du repas gastronomique français comme patrimoine culturel immatériel de l'humanité par l'UNESCO, en 2010, compte parmi ses grandes réalisations. Elle avait été nommée responsable scientifique du dossier de candidature auprès de l'organisme international par le ministère français de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. «Le repas gastronomique français, qui célèbre l'art du bien manger et du bien boire, est un repas festif, d'au moins quatre services, que l'on réserve pour les grandes occasions, décrit la chercheuse. Chaque plat et boisson ont leur importance selon un ordre établi.»

Un modèle de repas qui se compose d'un ensemble complexe de rituels de consommation et de règles strictes à observer. «Ce modèle peut paraître banal aujourd'hui pour les Français, mais il a fallu faire une véritable recherche scientifique sur le sujet pour le définir et en décrire les éléments», rapporte cette spécialiste des questions de culture et de patrimoine alimentaires.

Ce modèle de repas, qui est d'abord apparu au 17e siècle sur les tables des élites françaises avant de gagner les cuisines du pays, a depuis été repris et diffusé un peu partout dans le monde... jusqu'à la Maison-Blanche! «Encore aujourd'hui, les cantines scolaires et universitaires françaises proposent des repas déclinés en formule 'soupe-crudités-plat principal-fromage-dessert'. Les Français y restent très attachés», remarque Julia Csergo.

Arrivée au Québec en 2012, la professeure a pris la direction du programme de Certificat en gestion et pratiques socioculturelles de la gastronomie. «Il reste encore beaucoup de recherches à effectuer sur le patrimoine culinaire québécois», affirme celle qui s'intéresse à l'histoire de l'alimentation depuis plus de 20 ans.

Lire l'article complet

Source :
Valérie Martin
ACTUALITÉS UQAM
10 mars 2014