2014-03-17 | UQAM

À la source du langage

Depuis l'Antiquité en passant par le Moyen Âge et le siècle des Lumières, la question de l'origine du langage ne cesse de passionner philosophes, poètes et scientifiques. Quel est l'état de nos connaissances sur la question et quelles sont les plus récentes percées dans le domaine? Un ouvrage savant codirigé par les professeurs Henri Cohen, du Département de psychologie, et Claire Lefebvre, du Département de linguiste, ainsi que par leur collègue Bernard Comrie, du Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology, fait le point. Publié sous le titre New Perspectives of the Origins of Language (John Benjamins Publishing Company), ce livre résulte des communications présentées lors de l'Institut d'été sur les origines du langage. Organisé à l'été 2010 par l'Institut des sciences cognitives de l'UQAM, l'événement avait réuni plus de 150 experts et étudiants venus de partout dans le monde.

Les questions qui se posent à propos de l'origine du langage sont multiples. À quel moment dans l'histoire humaine est-il apparu? Cela s'est-il fait soudainement ou progressivement? Quelles étaient les conditions de base requises pour l'apparition du langage sur les plans anatomique, cognitif ou de l'organisation sociale? Est-ce que la capacité de produire des symboles est une condition préalable au langage ou est-ce le langage qui est préalable? Est-ce qu'un protolangage, par exemple un langage des signes, a précédé le langage moderne? Le langage est-il apparu à un endroit unique pour se répandre par la suite, ce qui expliquerait la convergence à travers la plupart des langues du monde de mots comme «papa» et «maman»? Ou est-il apparu simultanément dans plusieurs groupes humains?

«L'idée de l'ouvrage était de faire le point sur ces questions en allant au-delà de la revue de littérature classique, expliquent Henri Cohen et Claire Lefebvre. En effet, plusieurs des contributions que l'on retrouve dans le livre font état de résultats de recherches qui sont encore inédits.»

L'ouvrage ne prétend pas apporter des réponses définitives aux vastes questions qu'il soulève. Au contraire, il met plutôt en lumière les différents points de vue débattus sur ces questions, à partir des nombreuses disciplines qui sont représentées dans l'ouvrage, que ce soit la psychologie, la linguistique, la biologie, l'anthropologie, la philosophie, la paléontologie ou l'informatique.

Lire l'article complet

Source :
Marie-Claude Bourdon
ACTUALITÉS UQAM, 17 mars 2014