2014-03-20 | UQAR

Des espèces en voie d'envahir les eaux de l'Arctique

Jesica Goldsmit

Avec le réchauffement climatique, le recul de la banquise va favoriser une forte croissance du trafic maritime dans l'océan Arctique canadien. L'augmentation des activités maritimes pourrait entraîner l'apparition d'espèces non indigènes, voire invasives, au point de déséquilibrer la biodiversité et le fonctionnement de l'écosystème arctique.

Avec le recul de la banquise, les navires venant du monde entier font désormais usage des eaux de l'Arctique canadien, et ce, pendant une période exempte de glaces de plus en plus étendue. Par leur coque et par leurs réservoirs (eau de ballast), ces navires sont susceptibles de transporter dans les eaux canadiennes des espèces aquatiques, des bactéries et des micro-organismes provenant d´outre-mer.

Dans le cadre de sa thèse de doctorat en océanographie, Jesica Goldsmit s'intéresse aux espèces d'invertébrés benthiques, soit celles qui vivent dans le fond marin, comme les étoiles de mer, les vers marins, les moules et les ascidies. La doctorante a récolté plus de 300 carottes sédimentaires dans les ports de Churchill (Manitoba), d'Iqaluit (Nunavut) et de la Baie-Déception (Québec), dont les activités maritimes ont fortement crû au cours des dernières années, ainsi qu'au site de Steensby Inlet (Nunavut), où une installation portuaire est présentement en construction à proximité d'une mine de fer.

Source :
François Cormier
UQAR-Info, 18 mars 2014