2014-04-03 | INRS

La molécule qui vous veut du bien

Photo © Josée Lecompte

Gentille, inoffensive, protectrice et très intelligente. À entendre toutes ces louanges, on croirait que Cathy Vaillancourt évoque les qualités de sa mère ou d'une amie proche. Pourtant non. La professeure du Centre INRS?Institut Armand-Frappier à Laval, nous parle de la mélatonine, une molécule qui ne nous veut que du bien! C'est en étudiant les effets de facteurs environnementaux (polluants, stress, médicaments, etc.) sur le placenta humain que la biochimiste a été conquise par les incroyables bienfaits de cette hormone essentiellement connue pour son rôle de régulateur de nos rythmes circadiens.

On savait déjà que la mélatonine était présente en quantité beaucoup plus importante chez les femmes enceintes. Mais en 2008, l'équipe de la professeure Vaillancourt a causé toute une surprise en révélant que ces surplus n'étaient pas produits par la mère, comme on le croyait, mais par le placenta lui-même. «Dès que le placenta est expulsé, le taux de mélatonine dans le sang de la mère revient à la normale», explique-t-elle.

Un cerbère contre le stress, le cancer et le vieillissement cellulaire

Forte de cette découverte, elle a voulu comprendre le rôle et le mode d'action de la mélatonine sur le placenta et le foetus. «Nous avons ainsi découvert qu'elle joue un rôle protecteur : elle assure l'homéostasie ? la bonne santé - des cellules placentaires, les trophoblastes.»

Lire l'article complet

Source :
Pascale Millot
PLANÈTEINRS.ca
26 mars 2014