2014-04-17 | UQ

La résilience au temps des changements climatiques

Avant, la question du réchauffement climatique était une cause pour les écologistes; aujourd'hui, c'est une préoccupation de société. Encore faut-il s'y préparer.

Les communautés côtières le savent déjà, les tempêtes maritimes sont plus violentes et plus fréquentes qu'avant. «Un plan d'urgence ne suffit plus, estime Steve Plante, professeur à l'Université du Québec à Rimouski. Il faut aussi un plan de résilience.»

Quatre municipalités du Québec ont récemment participé à un exercice sans précédent pour ajouter ce «plan de résilience» à leurs stratégies d'aménagement : Rivière-au-Tonnerre, près de Sept-Îles, Sainte-Flavie, près de Matane, ainsi que Maria et Bonaventure, dans la baie des Chaleurs. «On sait étudier l'impact des changements climatiques sur les animaux, mais ils sont plus difficiles à mesurer sur les humains. Ce n'est pas comme ramasser des poils de lynx et les étudier à la loupe binoculaire», fait remarquer le chercheur, qui est aussi directeur scientifique de l'Alliance de recherches universités-communautés (ARUC) sur les défis des communautés côtières.

Lire la suite >>>

Source :
Raymond Lemieux,
La recherche dans le réseau de l'Université du Québec, vol. 4, no 1, 2014, p. IX.