2014-04-17 | UQAR

L'Elpistostege watsoni livre ses secrets

Le professeur Richard Cloutier.
(Photos : Martin Côté)

La découverte d'un spécimen complet de l'Elpistostege watsoni au Parc national de Miguasha passionne les paléontologues des quatre coins de la planète. Véritable chaînon manquant, ce fossile témoigne de l'évolution des vertébrés et de leur passage de l'eau à la terre. Le professeur Richard Cloutier de l'UQAR a assuré la direction des recherches sur ce fossile unique au monde âgé de... 380 millions d'années!

C'est à l'été 2010 que ce fossile mesurant 1,60 mètre a été découvert par le patrouilleur Benoît Cantin et le technicien en paléontologie Jason Willett, du Parc national de Miguasha, et des visiteurs de ce site reconnu comme Site naturel du Patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1999. Si la longueur de ce poisson fossilisé est en soi exceptionnelle, l'importance scientifique de ce spécimen rarissime réside dans l'éclairage qu'il apporte quant à l'évolution des espèces. «C'est l'une des dix découvertes les plus significatives de l'histoire de la paléontologie», estime le professeur Cloutier.

Les premières fouilles paléontologiques à Miguasha datent de 1880. Jusqu'à présent, 20 000 spécimens de poissons fossilisés y ont été retrouvés. Ceux-ci appartiennent à une vingtaine d'espèces différentes. Avant la découverte de l'été 2010, on ne connaissait que trois fragments de l'Elpistostege (deux morceaux de crâne et un autre montrant des écailles et un petit segment de colonne vertébrale). En 1937, le chercheur britannique Stanley Westoll a décrit l'Elpistostege watsoni en pensant qu'il s'agissait d'un prototétrapode, soit l'ancêtre des tétrapodes. Or, il s'agissait en fait d'un poisson dont certaines caractéristiques se rapprochent des premiers animaux qui ont marché sur la terre.

Lire l'article complet

Source :
Jean-François Bouchard
UQAR-Info, 16 avril 2014