2014-05-28 | UQAM

Des maths sans papier ni crayon

Un élève du primaire se prépare à effectuer une division. Il inscrit le dividende à gauche et trace le crochet à droite, dans lequel il indique le diviseur. Souvent, l'élève applique la méthode apprise sans se poser de question, obtenant un quotient et, le cas échéant, un reste. Que se passerait-il si on lui demandait d'effectuer une division semblable, mais cette fois sans papier ni crayon? «Il ne pourrait pas poser la division avec un crochet, car ce serait trop lourd et ce ne serait pas économique. Ça le forcerait à penser autrement et à trouver une autre stratégie pour résoudre la même tâche», observe Jérôme Proulx. Le professeur du Département de mathématiques s'intéresse depuis 2011 à l'utilisation du calcul mental en mathématiques dans les classes du primaire et du secondaire. Il vient d'obtenir une deuxième subvention du CRSH ? cette fois de 215 000 $ sur 5 ans ? afin de poursuivre son programme de recherche sur le sujet.

Plusieurs travaux scientifiques ont été réalisés sur le calcul mental en arithmétique - addition, soustraction, multiplication, division et autres opérations sur les nombres. Le but de l'équipe de recherche est d'explorer la possibilité d'utiliser le calcul mental pour d'autres thèmes mathématiques, comme la géométrie, la trigonométrie, l'algèbre et les fonctions. Pour bien cerner son sujet de recherche, Jérôme Proulx s'est d'abord rendu dans quelques classes du primaire et du secondaire. «C'est en faisant du calcul mental avec les élèves que j'ai compris ce que ça impliquait. C'est davantage eux qui nous en ont montré!», ajoute-t-il en riant.

Chacun sa stratégie

Le projet de recherche qui vient d'être financé pour les cinq prochaines années s'attardera aux élèves du secondaire. Grâce à un partenariat avec une commission scolaire, il sera possible de suivre, en laboratoire, un même groupe d'élèves à partir de la première année du secondaire jusqu'à la cinquième. Différents sujets en didactique des mathématiques seront étudiés. «En ce qui concerne le calcul mental, nous prévoyons développer un thème différent chaque année, que ce soit l'algèbre, les fonctions, la trigonométrie, les statistiques ou la géométrie», précise le professeur.

Lire l'article complet

Source :
Pierre-Etienne Caza
Actualités UQAM
23 mai 2014